À la découverte des écomatériaux: le verre recyclé

Cette semaine, Index-Design s'intéresse au verre recyclé et à ses différentes utilisations dans le domaine de la construction, de l'architecture et du design, au Québec et ailleurs.

Si le verre est fragile, il n'en est pas moins un matériau durable, si on considère qu'une bouteille abandonnée dans la nature peut y rester pour des milliers d'années! Mélange de silice, de soude et de chaux, le verre sodocalcique, celui le plus couramment utilisé dans le monde, est un matériau non toxique et recyclable à l'infini. La quantité industrielle de bouteilles en verre produites à travers la planète en fait une ressource disponible qui inspirent les designers et les architectes.

Le verre comme matériau de construction

Le béton à base de poudre de verre a été utilisé pour le nouvel aménagement entourant le Musée des beaux-arts de Montréal. Photo: Denise Caron

Chaque année au Québec, un peu plus de 100 000 tonnes de verre se retrouvent dans la collecte sélective. Seulement 50 % de cette quantité est recyclée, alors que l'autre moitié finira à l'enfouissement. Eco Entreprises Québec, une OBNL qui finance la collecte sélective municipale au Québec et qui représente 3500 entreprises québécoises investissant dans l'économie circulaire, cherche à donner une seconde vie au verre en le transformant. 

Depuis quelques années, la poudre de verre est utilisée au Québec comme ajout cimentaire dans la fabrication du béton. L’ajout de cette poudre recyclée améliore la résistance structurale du matériau, de plus elle réduit l'empreinte négative du béton dans l'environnement car une tonne de ciment produit dégage une tonne de gaz à effet de serre.

Le verre cellulaire, matériau de type «pierre-ponce»

Le verre cellulaire est fabriqué à partir d’environ 95 % de verre récupéré réduit en fine poudre et mélangé à un additif minéral. Ce mélange est ensuite soumis à une cuisson à haute température provoquant son expansion et emprisonnant ainsi des milliers de bulles de gaz. 

Léger, résistant, durable, ignifuge et isolant, le verre cellulaire est déjà utilisé depuis une trentaine d’années dans de nombreux pays européens, notamment dans le domaine de la construction et de l'aménagement paysager. Il sert d'isolation pour les sous-fondations et les murs en béton, pour les canalisations, les tuyauteries et les réservoirs de stockage. Il peut s'appliquer comme sous-couches sur les routes ou les terrains de sport et permet la réalisation de sous-couches de toitures végétalisées (toits verts). Actuellement, on ne retrouve aucun producteur de verre cellulaire au Québec et très peu en Amérique du Nord. 

Les maisons en bouteille

Si recycler le verre est moins polluant que d'en fabriquer, sa transformation nécessite tout de même de l'énergie. L'architecte américain Michael Reynolds, inventeur des Earthships, ces maisons écologiques, autosuffisantes et construites à partir de matériaux recyclés, utilise des bouteilles de verre entières dans ses réalisations. À la manière de vitraux, ces bouteilles ajoutent de la couleur et permettent à la lumière de rentrer dans la maison. Un recyclage en mode up-cycling.

Extérieur et intérieur d'une Earthships au Nouveau Mexique.

Des objets et du mobilier en verre recyclé

À Barcelone, la designer italienne Lucia Bruni revisite la bouteille en verre et la transforme en lampe, en bougeoire ou en pièce de vaisselle. Son studio Lucirmás mêle artisanat, recyclage et design.

Laflor lamp / Dama lamp / chatos / Nino /  Photo: Lucirmás

Le studio néerlandais Super Local a créé une collection d’objets et de pièces de mobilier en utilisant la technique du terrazzo à partir de débris de verre récupéré. Surpris par le volume de déchets en verre accumulés par les hôtels, les deux designers ont eu l'idée de s'associer à des artisans de Zanzibar pour réaliser la collection « Trending Terrazzo ».

Trending Terrazzo / Photo: Super Local

Pour le verre, comme pour d'autres matériaux, l'appelation d'écomatériau prend son sens lorsque l'utilisation de cette ressource tient compte de l'environnement et s'inscrit dans une démarche de design circulaire. Pur, le verre se recycle indéfiniment, alors que mélangé à d'autres matériaux, sa récyclabilité devient difficile.

_______

Sources: Le Rendez-vous des Écomatériaux à Asbestos, 17 et 18 octobre 2017. Conférence de Pierre Benabidès de Éco Entreprises Québec / Site Web: EEQ

Photo d'ouverture: Pure-Bottle par Lucirmás

_______

Voir aussi
À la découverte des écomatériaux: la laine de mouton
À la découverte des écomatériaux: le lin et le chanvre
À la découverte des écomatériaux: la cellulose
À la découverte des écomatériaux: le mycélium
À la découverte des écomatériaux: les algues
À la découverte des écomatériaux: la paille
À la découverte des écomatériaux: les fibres de fruits et légumes

comments powered by Disqus