À quoi ressemblera le bureau post-Covid-19?

De nouveaux paramètres seront à prendre en considération alors que la conception des bureaux pourrait être guidée par des préoccupations sanitaires. Tour d’horizon avec Martine Drolet, associée, designer – chargée de projets chez VAD et Joan Renaud, associé, architecte chez ACDF Architecture.

Martine Drolet

Le rapport au travail a beaucoup évolué et l’aménagement des espaces professionnels s’est modifié. Maintenant, on imagine qu’il y aura un avant et un après Covid-19. Selon Martine Drolet, les employeurs devront envisager d’adapter les environnements d’une part, lors de la réintégration graduelle des espaces de travail, mais aussi réfléchir à l’après Covid-19 et au réel impact que cette pandémie aura à long terme sur notre manière de travailler.

Environnements de travail adaptés pour réintégrer les équipes

«À court terme, les entreprises doivent se pencher sur le plan de réintégration des effectifs et préparer les environnements de travail, explique Martine Drolet. La densité des occupants devra être revue à la baisse afin de respecter 2 mètres de distance ou de créer des écrans protecteurs entre les postes si ce n’est pas possible. Certains postes de travail de travail devront tout simplement être réorientés afin de répondre à la demande de distanciation. Des stations sanitaires devront être installées afin d’offrir aux employés tout le nécessaire: désinfectant, lingettes, masques et consignes associées, etc. La densification des aires de collaboration, de vie, de réunions et tiers lieux devra être revue à la baisse. Tout ceci afin de redonner confiance et d’assurer le bien-être des employés.»

Projet Fiera Dette Privée, par VAD

crédit photo: Phil Bernard

 

 

Joan Renaud

 «Les fameuses règles du pouce régissant nos environnements de travail sont maintenant biaisées! Les 115 pc par employés, souvent ciblés par plusieurs, passeront à du 150 pc, voire plus. Plus d’espace pour le même nombre de têtes… Résultat: des aires communes plus vastes, plus nombreuses, plus d’espaces intimes pour moins de collégialités? C’est une réflexion qu’il faudra clairement avoir avec nos clients avant toute étude de prélocation ou concept d’aménagement», affirme Joan Renaud.

De retour au cubicule?

Certaines entreprises souhaitent déjà pousser la réflexion plus loin. «Les espaces à haute circulation où les employés se croisent, les portes d’accès dont les poignées sont fortement sollicitées, les toilettes où la proximité pose problème, et que dire des postes de travail non assignés. Ce sont autant d’éléments à reconsidérer à court terme», explique Martine Drolet.

Joan Renaud croit à la réhabilitation et la réinterprétation du cubicule.

«Sur de récents projets, et souvent à contre-courant des demandes du client, nous poussons fort la réinterprétation des fameux cubicules de travail afin d’offrir aux employés des espaces à eux, intimes, personnalisés, acoustiques... Et maintenant aseptisés! Notre défi à tous: comment transformer le concept du "cubicule gris de fonctionnaire", mis au rencart il y a quelques années, en un objet non pas triste et répétitif, mais unique, individuel certes, mais qui interagit avec l’ensemble de l’espace, qui participe au design et stimule nos sens!», dit Joan Renaud.

PROJET Autodesk, PAR ACDF

Crédit photo: Adrien William

 

PROJET AUTODESK, PAR ACDF

Crédit photo: Adrien Williams

 

Certaines entreprises remettront carrément en question la nécessité de louer autant de pieds carrés, considérant l'efficacité et la productivité de leurs employés en télétravail. De moins en moins l’exception, on peut facilement imaginer que le bureau à la maison deviendra une composante plus essentielle dans l’aménagement des projets résidentiels. La question de l’ergonomie ne sera pas à négliger non plus.

Et à long terme?

Les gagnants post-virus seront les organisations qui sauront faire preuve d’innovation croit Martine Drolet: «Il n’aura jamais été aussi important pour les entreprises de se connecter sur leur mission, vision et valeurs. Pour répondre à ses valeurs, les organisations devraient se questionner sur leurs besoins réels. On cherche à rivaliser d’audace, à se comparer, mais il est imminent de se centrer sur ce que nous faisons et ce dont les employés auront réellement besoin pour y répondre et innover.»

La designer propose quelques pistes de réflexion afin de revoir le bureau post-Covid: 

  • Les employés sont-ils productifs avec leurs outils actuels?

  • Réussissent-ils à accomplir leurs tâches?

  • Quels sont les types de travailleurs qui composent l’entreprise?

  • Que voulez-vous créer?

  • Voulez-vous innover?

Certes, cette crise bousculera notre façon de travailler et notre rapport au travail, tout comme l’ont fait les crises précédentes. Néanmoins, elle mettra la table à de nouvelles innovations et sûrement même, à l’accélération de méthodes que nous n’aurions pas vue venir. «Elle nous propulsera ailleurs», conclut Martine Drolet.

Consultez également les consignes de l'Institut National de Santé Publique ici.

Photo de couverture: projet Fiera Dette Privée par VAD, photographié par Phil Bernard.

comments powered by Disqus