Maison St-Ignace: côté fleuve et côté jardin, sans compromis

Une résidence scindée en pavillons cubiques apparaît au cœur des îles de l'archipel du lac Saint-Pierre, à St-Ignace-de-Loyola. La géométrie des bâtiments se pose en continuité avec la ligne d’horizon que trace le fleuve et rompt avec les ondulations de la berge et de la route à proximité. Nathalie Thibodeau architecte se place au service du paysage et magnifie l’environnement pour ses occupants.

«Le projet a été conçu de manière à mettre en scène la vie sur le fleuve et sur le terrain» -Nathalie Thibodeau

Le projet qui comporte actuellement deux pavillons se veut évolutif. «Le projet global compte quatre pavillons. Le premier est la maison, le second est l’atelier d’artiste. Les futurs pavillons contiendront une véranda et un hangar à bateau», dit Nathalie Thibodeau, architecte principale.

Nathalie Thibodeau

«L’idée de base était de recréer les aménagements pavillonnaires des fermes situés sur l’île. D’une manière plus rationnelle, les clients souhaitaient distinguer le lieu de travail, soit l’atelier, de l’habitation, de manière à marquer les moments de la journée. Ainsi le client peut s’isoler, faire du bruit, de la poussière, des odeurs, sans déranger la quiétude de la maison», explique Nathalie Thibodeau. 

Les deux pavillons actuels sont parallèles et reliés par une terrasse. Le bâti forme ainsi un cadre sur le paysage. À l'arrivée sur le site, il dirige l’oeil sur un bosquet de peupliers noirs qui fait office de tableau tout en dissimulant le fleuve Saint-Laurent en arrière-plan. 

«Étonnamment, le revêtement de bois a été un joli défi»

Les deux volumes sont recouverts de cèdre embouveté teint foncé et de cèdre pâle qui agit à titre d’enveloppe externe en surépaisseur. «C’est le matériau le plus employé sur l’île. Le choix de couleur a été fait afin de s’harmoniser aux bâtiments présents sur l’île», mentionne Nathalie Thibodeau.

«Étonnamment, le revêtement de bois a été un joli défi. Nous souhaitions un revêtement de bois blanc, mais sans toutefois créer une masse trop blanche qui aurait fait tache sur le paysage. Le choix de couleur a donc nécessité beaucoup d’attentions et de travail avec l’artisan», partage l’architecte.

C’est le plus petit pavillon revêtu uniquement de bois foncé qui abrite l’atelier. Sur la façade du bâtiment principal, le cèdre foncé accompagne les ouvertures et se poursuit à l’intérieur. L’entrée est marquée par cette teinte chaude donnée au cèdre et une soustraction au volume, créant à la fois un repère visuel et un abri. 

«La vue sur le fleuve est magnifique, le terrain l’est tout autant»

En pénétrant à l’intérieur, une longue allée dirige les invités vers le salon. Le parcours dévoile une vue étroite sur le fleuve. La maison dévoile ainsi doucement le paysage qui l’entoure. Un peu plus loins dans, l’aire ouverte sur deux étages, le fleuve se présente dans toute sa grandeur. Le décloisonnement de l’espace amplifie la perception de vastitude qu’inspire l’étendue d’eau.

Le paysage terrestre n’est pas non plus négligé. Des ouvertures percent le bâtiment de part et d’autre. Des terrasses jouxtant ces ouvertures sur toute leur longueure permettent chacune de profiter des paysages avoisinants, proposant deux expériences singulières.

«Comme le terrain était naturellement boisé, le projet a été conçu de manière à minimiser la coupe d’arbre et mettre en valeur les qualités intrinsèques du lieu. La vue sur le fleuve est magnifique, mais le terrain l’est tout autant. Le projet est donc conçu pour magnifier les deux», indique Nathalie Thibodeau.

Les concepteurs ont soigneusement réfléchi l’intégration du projet dans son environnement. Nathalie Thibodeau explique que site est situé à proximité d’une usine d’acier: «Au lieu de tenter de la camoufler, nous avons travaillé avec elle et mis en contraste la beauté du paysage et le mouvement perpétuel de l’industrie. Le fleuve est en constant mouvement. Les bateaux vont et viennent, les oiseaux aussi. Le projet met en scène la vie sur le fleuve et sur le terrain. Et ça fonctionne parfaitement! Les porte-conteneurs deviennent presque des sculptures mouvantes. Les couleurs, la rudesse des engins viennent en contraste avec la délicatesse du projet. Ce dernier devient le cadre devant lequel on s’installe pour admirer le spectacle.»

La maison St-Ignace est finaliste aux Prix d'excellence en architecture 2020 de l'Ordre des Architectes du Québec.

--

Pour découvrir les dernières tendances et pratiques en matière de design et d’aménagement résidentiel, ne manquez pas la journée-conférences dédiée au sujet: Le RDV/Index-Design du mardi 2 juin 2020. Procurez-vous votre billet dès maintenant (places limitées).

Le RDV est présenté par Céragrès.

Les partenaires associés de la journée sont Nespresso, Kohler, Celadon, Sub-Zero, Wolf, et Cove et les partenaires collaborateurs sont Kartell Montréal et LumiGroup.

V2COM et InfopresseJobs sont partenaires médias et événement.

Les formations sont accréditées APDIQ.

Crédits photos : Maxime Brouillet.

comments powered by Disqus