Dis-moi ce qui compose ta matériauthèque, je te dirai qui tu es

Aux balbutiements d’un projet, il y a les besoins du client, le budget, les inspirations créatives, et bien sûr les matériaux qui façonneront les espaces. Quelle durée de vie pour cette matière? Quelle est sa provenance? Est-ce exempt de COV? Les questions sont multiples. ISSADESIGN présente sa démarche vers une matériauthèque verte.

«Comme la matière est notre source d'inspiration, elle établie le lien entre le projet et l'écologie»

L’empreinte écologique d’un projet est en grande partie dépendante de la composition de ses matériaux. La matériauthèque influence-t-elle ainsi indéniablement la qualité environnementale d’un projet? «Définitivement oui, pense Roxane Kandell, conceptrice de projets de ISSADESIGN. Le concept esthétique d'un projet découle de notre recherche de matériaux. Comme la matière est notre source d'inspiration, elle établie le lien entre le projet et l'écologie.»

Une matériauthèque plus verte pave ainsi la voie pour des projets durables en modifiant le processus de création. «Pour nous, l’initiative de ménage de la matériauthèque de l’agence allait de soi afin d’harmoniser complètement nos choix de matériaux et de matière avec nos valeurs», ajoute Stéphanie Labrèche, conceptrice de projets de ISSADESIGN.

Quel virage pour sa matériauthèque?

«nos fournisseurs se mettent à la recherche de produits qui correspondent à notre approche»

Pour engager le tri dans ses échantillons, il n’y a pas qu’une seule méthode. L’offre en matériaux est vaste et les critères de sélections sont nombreux. Pour orienter ses choix, ISSADESIGN s’est concentrée sur ses principales valeurs. «Nous nous fions non seulement aux certifications accordées à chacun des produits, mais aussi à certains autres critères qui orientent nos décisions. La provenance, la matière première et le cycle de transformation du matériau, par exemple.»

Ce ménage de la matériauthèque amorce nécessairement une discussion avec les fournisseurs. «Notre raisonnement n’a pas surpris beaucoup de fournisseurs. Notre approche semble être bien vue, même si parfois le processus implique qu’il faut éliminer beaucoup de produits d'un de nos collaborateurs préférés. De ce fait, nos fournisseurs se mettent à la recherche de produits qui correspondent à notre approche», affirme la designer.

«L’exercice nous a amenés à trouver de nouveaux coups de coeur!»

Le ménage et la conversation engendrée avec les fabricants peuvent aussi être l'opportunité de dénicher de nouvelles matières innovantes. «L’exercice nous a amenés à trouver de nouveaux coups de coeur! Une table conçue uniquement à partir de matériaux durables (aluminium, cuir et peinture à base d'eau), des tapis à carbone neutre, des chaises dont le cuir contient 0% de chrome et aucun autre produit toxique, et des revêtements à base de papier recyclé notamment», raconte Roxane Kandell.

Comme bon nombre des fournisseurs reviennent chercher leurs produits, il n’est pas trop ardu de se départir des échantillons qui sont livrés au ballotage. Roxane Kandell propose une autre solution pour les matières restantes : «Pour le reste on fait appel aux écoles qui n'ont jamais assez de matériaux pour inspirer les apprentis designers et architectes!».

Crédits photos : ISSADESIGN

comments powered by Disqus