Les matériaux durables et la transparence

Matériaux durables, contenu recyclé, faibles en COV, produits certifiés : tous des termes que l’on entend régulièrement, mais qui suscitent une foule de questions à savoir ce qu’il faut choisir et comment.

Hugo LAfrance

LEED FELLOW, WELL FACULTY

Directeur, Stratégies durables, Lemay
Membre du Comité communications, CBDCa-Québec

Reconstitution d’une scène vue à de nombreuses reprises: le représentant d’un manufacturier prend la parole dans une salle de conférence devant un groupe de designers et d’architectes, puis lance «notre produit est certifié LEED». Chaque fois, ça me surprend et ça me fait sourire. Puis, je me répète qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, car un produit LEED, ça n’existe pas.

LEED et produits: pas complètement déconnectés

De la même façon que les produits peuvent avoir un ou plusieurs attributs écologiques, un même produit peut contribuer à l’atteinte d’un ou de plusieurs crédits LEED. Pour ce faire, ils doivent démontrer leurs attributs à travers différents documents, car les fiches signalétiques ou fiches techniques sont toujours incomplètes. Elles sont aussi souvent questionnables, car se sont des autodéclarations qui ne sont pas vérifiées par une tierce partie.

Par exemple, un produit peut être fait en partie de contenu recyclé selon une fiche technique, mais est-on certain que c’est crédible, si on ne sait pas sur quelle méthodologie cette affirmation est basée et qu’aucun professionnel indépendant n’a vérifié sa véracité?

Alors, comment fait-on pour véritablement savoir si un produit est plus écologique?

Depuis l’adoption de l'analyse du cycle de vie comme méthodologie scientifique reconnue à l’international, les déclarations environnementales de produits (EPD), les déclarations sanitaires de produits (HPD) et autres fiches Declare visent à résoudre en partie ce problème ; les architectes et les designers ont beaucoup plus d’informations vérifiées disponibles afin de sélectionner de meilleurs matériaux. Ces documents standardisés ont justement pour but de permettre aux équipes de projet de prendre des décisions éclairées en se basant sur des données environnementales ou santés crédibles lors de la sélection des produits pour leurs projets.

Plusieurs firmes et manufacturiers eux-mêmes ont décidé de réclamer plus d’informations vérifiées en santé ou en environnement, ce qui a donné naissance à ce que nous appelons le mouvement pour la transparence des informations sur les matériaux.

Avec l’arrivée de LEED v4 et de WELL notamment, les exigences relatives aux matériaux ont évolué et les manufacturiers ont dû s’adapter rapidement. Même si ces certifications ne touchent qu’une fraction des projets, il est possible de bénéficier de cette information pour n’importe quel projet. Au cours des prochaines années, tous ont avantage à se familiariser avec les EPD, HPD et Declare comme format de documentation de produit de construction.

Quelques répertoires se sont développés ces dernières années pour rendre disponible ces documents :

On dit que ce qu’on ne sait pas, ne fait pas de mal, mais ce n’est peut-être pas si vrai avec les matériaux. De meilleurs matériaux conduisent à de meilleurs bâtiments et à de meilleurs environnements intérieurs! Les matériaux ont donc une relation directe avec la qualité de nos projets et avec notre qualité de vie!

_

Pour découvrir les dernières tendances et pratiques qui combinent design et développement durable, ne manquez pas la journée-conférences dédiée au sujet: Le RDV/Index-Design du mardi 2 juin 2020. Les billets sont disponibles ici.

Crédit photo : GBCI.

Cet article a été produit en collaboration avec le Conseil du bâtiment durable du Canada – Québec.

comments powered by Disqus