Saisir l’opportunité de démocratiser le design actif

Les gens sont de plus en plus en télétravail et potentiellement plus sédentaires que jamais, notamment à cause de la pandémie. Pour certains, la marche vers le bureau représentait le seul effort physique de la journée. Heureusement, plusieurs ont renoué avec la marche, le jogging ou le vélo. Certaines villes ont revu la mobilité sur leur territoire et elles ont piétonnisé plusieurs rues. Ces initiatives sont pour la plupart bien soutenues par l’engouement de la population qui veut sortir de chez elle, bouger et profiter de nos villes autrement! Le design actif doit être encouragé. Regard sur les opportunités qui s’offrent à nous pour l’aménagement de nos villes et de nos lieux de travail. 

Le design actif est inclusif

À l’échelle du bâtiment, le design actif s’incarne souvent dans la place que l’on offre à l’escalier.  En le rendant attrayant et facile d’accès, on favorise son utilisation. Mettre en valeur l’escalier ne veut pas dire cacher l’ascenseur. L’intérêt de favoriser le mouvement est indéniable, mais rappelons l’importance aussi de ne pas nuire à certains usagers.

PATRICK VINCENT

DESS, CCPE
Ergonome certifié, président de Vincent Ergonomie et de Vincent Innovation
Impliqué dans le domaine du bâtiment durable depuis 2005, bénévole pour le CBDCa-Québec.

Je me rappellerai toujours les discussions que nous avons eues à l’occasion du projet de construction de la Maison du développement durable. Nous sommes alors en 2005 et déjà les participants au processus de conception intégrée discutaient du positionnement de l’escalier et de l’ascenseur. Tous étaient en faveur d’un traitement particulier de l’escalier afin d’encourager le mouvement. En bon ergonome, je tentais de rappeler que le bâtiment disposerait d’une garderie à l’étage et que de nombreux parents avec poussette nécessiteraient aussi un accès facile à l’ascenseur. Le résultat est selon moi très réussi. Tous les usagers y trouvent leur compte.

Traiter l’escalier de façon à encourager son utilisation ne signifie pas que l’on nuit à l’accessibilité universelle. Le design actif est inclusif, il suffit de penser au parcours de chaque groupe d’usagers sans désavantager l’un par rapport à l’autre.

Comme le dit si bien Sophie Lanctôt, directrice générale à Société Logique, «Tout le monde gagne à être actif. Le design actif et le design universel ne s’opposent pas du tout. Reprenons l’exemple de l’escalier pour une personne malvoyante. Un escalier bien éclairé et bien contrasté sera plus invitant. Autre exemple, la personne âgée qui bénéficie d’une main courante des deux côtés, tant pour monter que pour descendre, et d’un palier dans l’escalier pour se reposer au besoin, souhaitera davantage s’aventurer dans celui-ci.»

L’escalier est mis en valeur, la vue sur l’extérieur offre un parcours intéressant aux usagers.

Crédit photo : Laetitia Laronze, Maison du développement durable.

Repenser les espaces de vie pour en faire des destinations

En supposant que le télétravail prenne davantage de place dans le futur, je crois que l’espace public et le milieu de travail doivent évoluer afin d’offrir un plus grand attrait. L’expérience employé doit être rehaussée pour attirer le personnel dans les espaces de travail corporatifs. Ces espaces doivent devenir de véritables destinations.  Le milieu de travail est un endroit pour socialiser, pour collaborer, mais pourquoi pas tout simplement pour bouger et sortir de sa routine de télétravailleur?

Les gens aiment ces lieux qui les font bouger. On cite souvent en exemple les balançoires installées dans le quartier des spectacles à Montréal ou l’escalier de la bibliothèque Marc-Favreau dans Rosemont-La-Petite-Patrie. Ces lieux sont agréables et invitants. Pour Gilles Prud’homme, architecte associé chez EVOQ Architecture et architecte de la Bibliothèque Marc-Favreau, le design actif est partie prenante de la réflexion dans tous les projets.

«Depuis 30 ans, nous travaillons l’expérience d’un bâtiment par l’idée de la promenade architecturale: le mouvement actif des personnes qui appréhende l’espace architectural», dit Gilles Prud’homme.

Bibliothèque Marc-Favreau. L’escalier fait partie de l’expérience du bâtiment. Ce lustre monumental, véritable œuvre d’art, contribue à l’expérience.

Crédit photo : Michel Brunelle, photographe.

Le design actif fait aussi partie des stratégies d’attraction et de fidélisation des employeurs de choix selon Hugo Lafrance, Directeur stratégies durables chez Lemay. Cordonnier bien chaussé, les bureaux de Lemay à Montréal, le projet Phénix, sont souvent cités en exemple.

«Aujourd'hui, les dirigeants d'entreprises innovantes doivent démontrer leur engagement à améliorer la santé humaine à travers leurs installations tout en maximisant l'attrait pour les occupants, les investisseurs et les parties prenantes de la communauté. Les leaders de l'industrie utilisent le design actif pour attirer et conserver des employés talentueux, assurer le succès de leurs entreprises et favoriser le bien-être des employés ou visiteurs dans leurs espaces de travail»,  indique Hugo Lafrance.

Intégrer l’activité physique dans le parcours quotidien des gens, de façon subtile, de façon ludique ou carrément de façon franche, comme en proposant des postes de travail ergonomiques assis-debout, permet de rehausser la qualité de vie et le bien-être des gens.

Projet Phénix. L’escalier est invitant et lumineux.

Crédit photo : Lemay LR. 

Évolution du design pour de saines habitudes de vie

Le design actif est une des solutions pour contrer les effets de la sédentarité et des maladies qu’elle entraîne telles que l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension, le diabète, etc. Il s’inscrit dans cette volonté de concevoir notre environnement bâti pour faciliter l’adoption de saines habitudes de vie.

Le concept a été développé pour que les urbanistes et architectes conçoivent nos espaces de vie pour favoriser l’activité physique. Ce concept a été popularisé et propulsé par le Center for Active Design (CfAd) de New York en 2010 lors de la publication de recommandations pour l’application du concept de design actif au niveau urbain et au niveau du bâtiment.

Aujourd’hui, le CfAd soutient différentes initiatives favorisant le mouvement telles que la certification Fitwel et l’étude Stand up for Work. Cette étude fait la promotion des bienfaits de travailler à un poste de travail ergonomique assis-debout.

Mouvement, ergonomie et design actif

L’ergonomie a toujours fait la promotion du mouvement. Le mouvement est un principe important pour contrer le statisme et les postures contraignantes: tous deux des facteurs de risque ergonomique. La certification Fitwel et la certification WELL font d’ailleurs une place de choix au mouvement. Dans la certification WELL, le concept de mouvement regroupe une multitude de stratégies basées sur le mouvement, l’ergonomie et le design actif.

Le design actif se conjugue avec tellement d’autres initiatives qu’il est facile de l’intégrer à ses projets. Il suffit d’en faire un geste conscient de la programmation à la construction. Démocratisions le design actif!

Cet article est signé par Patrick Vincent, ergonome certifié, impliqué dans le domaine du bâtiment durable depuis 2005, bénévole pour le CBDCa-Québec.

--

Découvrez les nouvelles Formations Index-Design, pour les designers qui veulent jouer un rôle significatif dans un monde en transformation

Profitez de l’été pour vous former aux meilleures pratiques en classes virtuelles d’une demi-journée. Axées sur le côté pratique, en petits groupes, les premières formations portent sur les espaces de travail, les aménagements publics et commerciaux et l’innovation. Inscrivez-vous dès maintenant! 

+ Plusieurs subventions vous permettent de vous faire rembourser jusqu'à 50% vos frais de formations, toutes nos formations sont admissibles. En savoir plus

comments powered by Disqus