Mélanie Boivin: «La santé, le télétravail et le commerce en ligne viennent définitivement bouleverser le design résidentiel»

Cette semaine Index-Design questionne l’avenir de l'espace domestique. Dans la maison post-Covid, comment trouver l'équilibre entre les beaux volumes ouverts et les pièces fermées? Mélanie Boivin, designer senior, fait part de ses réflexions.

ID/ La plus grande opportunité de société qui jaillit de la conjoncture?

MB/ Le confinement a catalysé une tendance qui était déjà très forte dans le monde professionnel: la mobilité et le télétravail. Les contraintes sanitaires ont forcé l’émergence rapide de solutions temporaires et permanentes. Parfois dans l’urgence, certaines organisations ont réussi à trouver des outils technologiques pour que la majorité de leur équipe puisse travailler de chez soi, mais certains aménagements résidentiels ont démontré rapidement leurs limites… Les nouveaux besoins en termes de télétravail sont une opportunité pour tous les fournisseurs de mobilier de bureau et de mobilier résidentiel pour répondre à un nouveau marché. Les travailleurs souhaitent maintenant avoir à la maison un mobilier de travail qui s’agence bien à leur décor, tout en étant aussi robuste et ergonomique que ce qu’ils ont connu au bureau. La démocratisation du bureau à la maison est aussi une opportunité pour les meubles transformables et toutes les solutions qui peuvent créer un écran d’intimité aux télétravailleurs.

La pandémie actuelle a créé aussi un besoin plus grand de connexion avec la nature et d’autonomie alimentaire. N’étant plus dans l’obligation d’habiter à proximité de leur lieu de travail, certains ont choisi de déménager vers des régions plus éloignées, pour être plus près d’un milieu naturel. Pour ceux qui souhaitent demeurer en ville, nous voyons clairement un engouement pour l’agriculture urbaine. Un jardin sur son petit bout de terrain, l’accès à un jardin communautaire, la culture en bacs ou en pots sur son balcon, la vie végétale et la culture des aliments frais n’est pas qu’une tendance éphémère. La biophilie et la microculture influencent aussi la conception des intérieurs; des petits systèmes de culture intégrés aux comptoirs de cuisine ou des structures suspendues pourraient être créées, pour cultiver ses plantes et ses légumes toute l’année. 

ID/ Comment la crise pourrait-elle bouleverser le design résidentiel?

MB/ La santé, le télétravail et le commerce en ligne sont définitivement les éléments qui viennent bouleverser le plus le design résidentiel. Les habitations devront être plus saines et hygiéniques. En plus de comporter encore plus de lumière naturelle, des installations pour assurer la qualité de l’air et de l’eau, d'avoir une géométrie favorisant l’accessibilité en cas de perte d’autonomie, les habitations devront être davantage construites avec des matériaux durables et faciles à nettoyer.

Le confort fait aussi partie de la notion de santé et de bien-être. Quand on passe 24h/24 chez-soi, le confort devient une priorité. Après une vague de décors très «instagrammables», on verra davantage de matières nobles et de mobilier moelleux. À la base, lorsqu’un espace est bien conçu, que les volumes sont épurés et harmonieux, qu’il y a une belle lumière naturelle, on ressent un bien-être que même une jolie palette de couleurs ne peut remplacer.

Finalement, le commerce en ligne a connu une croissance fulgurante depuis le début du confinement, et cette habitude de consommation est là pour rester. L’augmentation des livraisons de biens et de colis doit être prise en considération lors de la conception de projets résidentiels, que ce soit des résidences privées ou des complexes d’habitations multiples.

ID/ La maison post-Covid: plus ouverte ou plus cloisonnée?

MB/ Adaptable et transformable surtout! La maison doit comporter un équilibre entre les beaux volumes ouverts et les pièces fermées. Les espaces lumineux et rassembleurs seront toujours intéressants, pourvu que la maison puisse offrir aussi de l’intimité (visuelle, acoustique) pour chacun des occupants lorsque c’est requis.  

Pour planifier le télétravail, de plus en plus d’acheteurs de maisons cherchent suffisamment de pièces fermées, en plus des chambres à coucher. Lorsque le nombre de pièces est insuffisant, si les superficies et la géométrie le permettent, il y a différentes solutions pour créer une zone de travail. 

rénovation de chalet à St-Donat par Mélanie Boivin

ID/ La maison post-Covid: plus sociale ou plus isolée?

MB/ Tant qu’il y a des craintes de contamination, on aurait tendance à penser que les occupants souhaiteront rester plus isolés, avec le moins de lieux partagés, afin de réduire les contacts physiques. Les entrées indépendantes sont souvent plus rassurantes.

Pendant la période de transition, les gens rechercheront des espaces permettant des rassemblements sécuritaires, des endroits bien aérés qui permettent d’avoir des activités sociales tout en gardant ses distances. Les unités d’habitation sans contact avec l’extérieur ni balcons seront moins populaires. La vie sociale sera favorisée par des éléments comme de grandes terrasses extérieures, privées ou partagées, qui sont bien équipées, même avec des zones couvertes des intempéries. 

Lorsqu’il sera enfin permis de se rassembler, la maison devra pouvoir comporter des espaces adaptés aux rassemblements, qu’ils soient privés ou partagés. Cela signifie d’avoir des espaces faciles à reconfigurer selon l’activité et le nombre d’invités, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. 
Pendant le confinement et la fermeture des endroits publics, plusieurs ont développé leurs habiletés culinaires, et ils ont très hâte de pouvoir partager ces plaisirs avec leurs proches!

ID/ Une lecture ou un point de vue intéressant sur le sujet à recommander?

MB/ Cet article sur Canadian Architect au sujet de la conception post-pandémie et cet article de Houzz qui regroupe le point de vue de plusieurs professionnels de l’aménagement.

ID/ Un projet résidentiel qui pourrait mettre la table pour le futur de l'habitation?

MB/ Un projet immobilier multiple, regroupant plusieurs types d’habitations pour une clientèle variée.

ID/ La maison de demain est…?

MB/ Flexible, durable, lumineuse.

__

Rejoignez la communauté design le 4 février à la Matinée Index-Design sur l’espace résidentiel de demain, présentée par Blum

Maude Pintal sera conférencière le 4 février à la Matinée dédiée à l’espace résidentiel. Avec une toute nouvelle étude de cas, elle présente les manières de favoriser l’intégration de stratégies de développement durable, de santé et de bien-être des habitants aux projets d'habitation multirésidentiels.

Procurez-vous votre billet à tarif réduit dès maintenant! 99$ (au lieu de 179$) pour un temps limité. Informations pour les tarifs billets multiples et à partir de 10 places, ici.

Crédits photo: Mélanie Boivin

comments powered by Disqus