L’empathie du designer : une qualité essentielle pour des bureaux bien pensés

Malgré tous les défis qu’ils comportent, les espaces de travail concertés, flexibles et transformables répondent habilement aux enjeux des bureaux d’aujourd’hui et de demain. Pour la designer Céline Simard, il est essentiel de créer des zones aux attributs variés afin de permettre aux équipes de travail de réaliser les tâches tout aussi variées qui leur sont demandées.

Évoluant depuis plus de 30 ans dans le milieu du design et particulièrement celui d’espaces de travail, par exemple chez Bell Canada et Radio-Canada, Céline Simard, a pu voir la transformation graduelle des organisations : d’un univers plus hiérarchique à des bureaux aux aménagements beaucoup plus équitables.

Céline Simard

Avec l’avènement des aires ouvertes, la notion de hiérarchie tend à être moins rigide. Pour cette raison, la designer favorise plutôt cette tendance. « C’est entre autres le côté humain qui me plaît particulièrement dans le design d'environnements de travail. Ce qui m’intéresse le plus c’est de m’occuper de gens qui ne sont pas entendus, de m’occuper de groupes qu’on ne consulte pas habituellement. » En permettant aux employés de s’exprimer sur l’aménagement de leur milieu de travail, on arrive à créer des environnements répondant mieux à leurs besoins. Il n’y a pas de recette toute faite pour créer un aménagement de bureau.

« Oui, un espace doit être beau et design, mais la question la plus importante reste : est-ce que cela va aider les employés dans leurs activités ? »

Force est de constater que les termes «pratique», «opérationnel», «légitime» sont essentiels aujourd’hui. « Oui, un espace doit être beau et design, mais la question la plus importante reste : est-ce que cela va aider les employés dans leurs activités ? C’est de cet angle que le designer doit voir son travail…  Et pour cela, il faut avoir de l’empathie : une qualité importante chez un designer. »

Mme Simard constate heureusement qu’on intègre aujourd’hui davantage les utilisateurs d’un espace dans sa conception. « Par exemple, pour les bureaux de Radio-Canada, nous avons composé des groupes d’employés et avons travaillé en amont avec eux afin de mieux comprendre leur vie au travail, comment ils interprètent leur environnement, la relation entre les différentes équipes, etc. C’est le principe de l’entonnoir : les gens qui vont travailler et vivre dans cet espace participent à sa conception. »

Un grand défi, selon Mme Simard, repose dans la temporalité des projets. Il faut arriver à comprendre ce dont auront besoin les employés de l’organisation dans le futur. C’est un argument de plus pour créer des espaces qui seront flexibles et pourront se modifier. La designer décrit le concept d’espace flexible comme un amalgame d'espaces de collaboration : des aires ouvertes et des espaces fermés, des espaces entièrement cloisonnés plus intimes versus des espaces avec des murs de verres, différents types de fauteuil et de tables (bistro ou autre), un coin repas commun, etc. Mais la flexibilité n'est pas seulement le fait de pouvoir choisir un lieu, c’est également la possibilité de s'approprier deux espaces pour en créer un troisième.

« Il n’est pas nécessairement obligatoire de fermer des espaces pour obtenir le résultat escompté. Il faut simplement créer des zones afin de répondre aux différentes intensités des tâches. »

La designer croit que pour obtenir un espace de travail optimal, il faut penser les endroits en fonction des tâches qu’ils nous permettent de réaliser. « Il n’est pas nécessairement obligatoire de fermer des espaces pour obtenir le résultat escompté. Il faut simplement créer des zones afin de répondre aux différentes intensités des tâches que les équipes d’une organisation doivent accomplir. » En jouant avec différents paramètres comme les distances et l’organisation du mobilier dans l’espace, on arrive à créer des zones d’activités intenses, moyennes et calmes pour répondre à ces différents besoins. « Un aménagement n’est jamais parfait non plus. Il répond à la majorité, mais pas aux exceptions. Dans ce contexte, l’impact de l’interprétation de l’environnement par l’utilisateur est majeur et la communication devient tout aussi importante que le design. »

--

Le 6 novembre, Céline Simard participera à la table ronde «Transformation du monde du travail : quels impacts sur l’aménagement», tenue dans le cadre de la journée-conférences Index-Design RDV/Le bureau de demain. Consultez la programmation complète ici.

RDV le mercredi 6 novembre 2019 de 8h30 à 16h15, à la Société de arts technologiques, à Montréal. Espaces limités, prenez votre billet maintenant.

La série des RDV 2019 est présentée par Céragrès. Le partenaire associé au RDV – Le bureau de demain est Nespresso

Partenaires collaborateurs : CimeLumigroup et Skyfold.

Partenaires: APDIQV2COM et InfopresseJobs.

--

Pour lire plus sur le sujet, rendez-vous sur Infopresse.

Crédits photos : Radio-Canada

comments powered by Disqus