Vers une tendance des mini-maisons éco-conscientes semblables à leurs propriétaires ?

De plus en plus considérées, elles représentent une alternative résidentielle de petite taille, durable, écoresponsable et personnalisable. Quels sont les principaux enjeux de la conception de micro-maisons? Et quel est le public cible?

Jean-Philippe Marquis

Cofondateur de Minimaliste Houses

«Contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas des jeunes hippies qui veulent absolument avoir le plus bas coût possible, s’amuse le cofondateur de Minimaliste Houses (MH) Jean-Philippe Marquis. Nous avons beaucoup de clients dans la cinquantaine et leur motivation première est de réduire leur empreinte écologique et leurs biens.»

Minimaliste Houses, basé sur l'Île d'Orléans, conçoit des micro-habitats sur roues qui n’excèdent pas les 400 pieds2. Ces mini-maisons ne sont pas non plus réservées aux couples ou aux célibataires, elles peuvent être pensées pour des familles

Un design intérieur versatile et optimisé

«Dans un espace étroit, il est important que tout soit réfléchi à l’avance. Ça dépend donc du mode de vie des gens, de leurs priorités» -Jean-Philippe Marquis.

Chaque recoin d’une mini-maison est optimisé. Les marches des escaliers et l’espace en dessous du lit deviennent des rangements, et les astuces design se retrouvent disséminées à travers l’habitation pour la rendre plus ergonomique. Des meubles multifonctionnels d’inspiration européenne sont créés sur mesure pour que les zones soient évolutives. 

«Forcément, le coût est plus élevé, car les mécanismes sont complexes, prévient Jean-Philippe Marquis. Par exemple un tiroir qui lorsqu’on l’ouvre devient une table à manger capable de supporter un poids considérable, une table basse qui se déploie avec aisance, etc. L’espace peut complètement être réattribué». Ces mécanismes doivent être faciles d’utilisation et s'inscrire dans les gestes du quotidien. 

Quelques agencements de bois vertical et horizontal pour accentuer la chaleur d’un logis épuré suffisent selon MH. «Ni trop moderne, ni trop champêtre, souligne l’équipe de Jean-Philippe Marquis. On souhaite que ce soit le moins encombré possible afin que les gens y ajoutent leur propre touche.»

Meuble évolutif

Innovation, prévision et personnalisation

«Les mini-maisons, je les compare souvent à un complet ou un veston sur mesure, ça doit être fait exactement pour nous. Dans un espace étroit, il est important que tout soit réfléchi à l’avance. Ça dépend donc du mode de vie des gens, de leurs priorités», mentionne Jean-Philippe Marquis.

Si les clients vivent davantage dehors, il est possible de maximiser l’utilisation extérieure de la maison. D’autres accorderont plus d’importance au salon, à la cuisine, ou bien voudront incorporer des couchages supplémentaires pour leurs visiteurs. «On questionne beaucoup les clients lors du processus de design, on leur fait remettre en question toutes leurs priorités actuelles et futures», confie Jean-Philippe Marquis.

Repenser la structure pour privilégier la durabilité

Pour affronter la rudesse du climat, il faut limiter les pertes d’énergie qui peuvent souvent représenter la faiblesse des mini-maisons qui se veulent écologiques. L’utilisation de panneaux structuraux isolés (PSI), éléments performants prisés dans les régions sismiques, est l’option pour laquelle a opté MH, par exemple.

«On minimise l’empreinte écologique non seulement au niveau de l’espace, mais aussi au niveau de la consommation d’énergie: électricité, gaz naturel, etc.», ajoute Jean-Philippe Marquis qui souligne l’intérêt d’une isolation performante pour répondre aux préoccupations écologiques des propriétaires, et leur faire faire quelques économies sur le long terme.

Du côté des matériaux, MH privilégie le cèdre à l’extérieur, accompagné parfois d’acier. «On vise toujours la durabilité. Le cèdre demande peu d’entretien et il est résistant à l’humidité et aux insectes. Bien sûr, chaque mini-maison doit pouvoir s’insérer avec cohérence au sein de son décor», souligne Jean-Philippe Marquis.

Malgré une législation encore embryonnaire en la matière, l’engouement croît au Québec pour les mini-habitats.

Crédits photos: Minimaliste House

--

Pour explorer davantage la notion des micro-habitats, assistez au RDX/Index-Design - Design et aménagement résidentiel. Une conférence de Jean-François St-Onge, architecte de ADHOC Architectes, présentera différents projets qui réinventent le design à petite échelle. Consultez la programmation complète ici et procurez-vous votre billet dès maintenant (places limitées). 

Le RDV est présenté par Céragrès.

Les partenaires associés de la journée sont Nespresso, Kohler, Celadon, Sub-Zero, Wolf, et Cove et les partenaires collaborateurs sont Kartell Montréal et LumiGroup.

V2COM et InfopresseJobs sont partenaires médias et événement.

Les formations sont accréditées APDIQ.

comments powered by Disqus