Michael Leckie : « Toute bonne architecture est intrinsèquement innovante, mais pas nécessairement inventive"

Michael Leckie : « Toute bonne architecture est intrinsèquement innovante, mais pas nécessairement inventive"

Cette semaine, Index-Design s’entretient avec Michael Leckie, architecte et fondateur de Leckie Studio Architecture + Design, lauréat du prix du cabinet d’architectes de la relève 2021 de l'IRAC, sur la culture et le positionnement de la firme. 

Qu’est-ce que cela signifie pour vous de gagner le Prix du cabinet d’architectes de la relève de 2021 ?

Cette reconnaissance de L’IRAC est un énorme honneur pour nous. Le Canada est si grand, on a souvent l’impression d’être ici, à Vancouver, à l’autre bout du continent dans un isolement et une obscurité relative. Ceci vient confirmer que notre travail est significatif et pertinent aux yeux de nos pairs. D’une part nous opérons à une échelle relativement modeste, d’une autre nous travaillons dans le but de remettre en question les façons de faire ainsi que pour pousser les limites de la pratique architecturale. Notre équipe célèbre ses 6 ans ce mois-ci et je suis excessivement fier de ce que nous avons accompli dans ce laps de temps.

BHC System Interior

Crédit photo : Kyle Chappell

Quel est l’impact de la nature sur votre travail ?

La nature joue un rôle central. Nous croyons que les humains sont une partie essentielle de la nature, ils ne sont ni au-dessus ni au-dessous, ils font partie du monde naturel. L'erreur occidentale selon laquelle les humains existent en dehors de la nature nous a conduits dans les terribles situations environnementales mondiales auxquelles nous sommes actuellement confrontés. Nous avons la chance de vivre et de travailler dans le nord-ouest du Pacifique, la beauté naturelle que nous vivons ici quotidiennement est une source d’inspiration fondamentale.

Pensez-vous que l’architecture peut aider les changements climatiques ? Et si oui, comment ?

Absolument. Selon Architecture 300, les environnements urbains représentent 75% des émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre et les bâtiments 39%. Par conséquent, d’un point de vue pratique, le réchauffement climatique est un problème que l’architecture ne peut simplement pas ignorer. D’un point de vue philosophique, si nous comprenons l’architecture comme la réalisation construite d’un ensemble spécifique de concepts ou d’idées, ou même un mode de vie, alors nous comprenons que l’architecture doit incarner le passage à des formes d’énergies renouvelables et à un mode de vie durable.

BHC SYSTEM INTERIOR

CRÉDIT PHOTO : KYLE CHAPPELL

Les architectes essaient tous d’innover. Selon vous, en quoi consiste l’innovation ?

Nous comprenons le mot innovation comme quelque chose de différent de l’invention. Tandis que l’invention fait référence à l’introduction d’un produit ou d’un procédé sans précédent, l’innovation quant à elle, fait référence à une amélioration significative d’un produit, d’un procédé ou un service existant. Lorsque comprise de cette façon, toute bonne architecture est intrinsèquement innovante, mais pas nécessairement inventive.

Pour innover, il est important de se poser les questions Comment ? et Pourquoi ? lors du processus de conception, ainsi que travailler dans le but d’exposer les angles morts ; c’est-à-dire, les préconceptions et les préjugés d’une sagesse trop conventionnelle. L’innovation seule ne suffit pas, cependant. Elle doit être directement alignée avec les questions stratégiques. Il y a 5 ans, nous nous sommes posés la question :  Comment pourrions-nous permettre à des groupes de personnes d’assembler des abris dans des endroits reculés avec de petits outils et peu de connaissances en constructions ? Nous avons ensuite développé, avec la Backcountry Hut Company, des kits de pièces préfabriqués. La Backcountry Hut Company offre des outils et des techniques aux personnes qui s’intéressent à l’architecture et qui désirent jouer un rôle actif dans la conception ainsi que la construction. Ceci n’est qu’un exemple de la façon dont nous comprenons l’innovation.  

BHC System

Crédit photo : Kyle Chappell

Qu’est-ce que l’architecture durable selon vous ?

Je suis d’avis que la durabilité est une qualité inhérente à une bonne architecture. Nous ne pouvons plus nous permettre d’ignorer la durabilité à chaque étape de la conception. Une approche durable se concentre sur une compréhension holistique de tous les aspects du processus et des différents cycles de vie d’un bâtiment (la conception, la construction, l’exploitation, l’entretien). C’était très inspirant de voir que les lauréats du prix Pritzker (Lacaton et Vassal) ont été sélectionnés grâce à leur attention portée sur la prévention de la démolition et du gaspillage. Le mouvement moderniste du 20e siècle a laissé un héritage de bâtiments problématiques. L'architecture de réutilisation adaptative démontre qu’il y a un changement de paradigme loin de la culture du jetable.

Camera House

Crédit photo : Leckie Studio

L’exode urbain n’est pas un phénomène nouveau, mais selon vous, pourquoi s’est-il autant amplifié dans la dernière année ?  

Je dirais qu’il y a de nombreux facteurs qui motivent les gens à repenser la vie en ville tels que la pandémie, la montée des prix du marché immobilier et la technologie.

En premier plan, nous avons la pandémie mondiale, qui limite les voyages internationaux et motive, plus que jamais, les gens à explorer leurs territoires. Les mesures sanitaires encouragent les gens à passer plus de temps à l’extérieur. Ce faisant, il semble y avoir un éveil culturel général pour la nature. Finalement, le télétravail mène nécessairement les individus à repenser leur relation avec le travail. Lorsque la pandémie sera dernière nous, il sera intéressant de constater pour combien de personnes celle-ci a facilité une transition vers un changement de vie.

Une deuxième observation est le fait que les villes, partout au Canada, coûtent de plus en plus cher à vivre. Le coût croissant de l’immobilier oblige les gens à penser différemment et à remettre en question leurs conceptions de la ville et ses banlieues. Les grands centres urbains du Canada se sont agrandis au cours des 50 dernières années en englobant les banlieues. Nous arrivons maintenant à un point de bascule suite à la montée des prix et du temps de déplacement. Les gens quittent maintenant définitivement la ville ou préfèrent louer un pied-à-terre en ville et s’acheter une maison à la campagne.  

L’exode s’explique aussi du fait que la majorité de la population peut travailler à distance et que l’accès à un bon internet se trouve maintenant presque partout. L’internet par satellite, le télétravail et les outils de collaboration à distance sont tous des exemples de technologies qui remodèlent nos façons de vivre et travailler.

___

Photo de couverture: Michael Leckie, Leckie Studio Architecture + Design