L’échelle humaine requiert des espaces de socialisation et de détente vastes

Citoyens et experts partagent depuis plusieurs années la vision d’un retour à la ville à échelle humaine. Si les espaces publics sont le support fondamental d’une ville durable, la crise du Covid-19 vient souligner des problématiques urbaines comme le manque d’espaces physiques de détente et de socialisation. Des considérations qui suscitent des réflexions sur la santé et le bien-être des individus dans nos milieux de vie urbains.  

Samir Admo

Pour Samir Admo, Directeur, Milieux de vie et Placemaking chez Ædifica:

«Dame nature nous offre une opportunité pour prendre du recul vis-à-vis de l’équilibre entre piéton, cyclistes et véhicules le long de nos artères. Encore plus important, nous devons saisir cette occasion pour repenser le design et les superficies consacrés à nos parcs et nos places publiques, à l’échelle de nos villes et nos quartiers. Ces dernières semaines nous ont fait comprendre, plus que jamais, que l’échelle humaine requiert des espaces de socialisation et de détente vastes, verdis et agréables à vivre pour nous rassembler tout en respectant une distanciation physique et non sociale.»

Projet de revitalisation du Marché Central

Crédit: Ædifica

Les organismes de mise en valeur d'espaces publics pour la relance

Comment créer des espaces publics plus vivants, coûtant moins cher aux municipalités et créant un grand nombre d'emplois? C’est la question à laquelle tenteront de répondre Jérôme Barth, expert dans les domaines de la gestion des espaces publics, du “placemaking” et de la revitalisation urbaine, et Jérôme Glad, co-fondateur de La Pépinière I Espaces Collectifs, lors de l’événement virtuel jeudi 30 avril à 13h30. Il sera, entre autres, question de design d’espaces et événements en contexte urbain, de modèles de gestion des espaces publics à Montréal et à New-York.

Les organismes de mise en valeur d'espaces publics pour la relance post-COVID

Via pepiniere.co

Un manifeste pour des pistes de réflexion prioritaires

Les cofondateurs de la coopérative de design Le Comité partagent leurs réflexions sur nos villes et nos municipalités désertées pour des raisons de santé publique et le vide ressenti par une population isolée en confinement, à travers le manifeste «Reconstruire doucement». Il adresse notamment cette question «Nos milieux urbains pourraient-ils devenir les premiers viviers d’une grande mutation post-pandémique?». Le premier tiers du manifeste est intitulé «Vers une ville transitoire» et est publié sur Kollectif. Les deux autres porteront l’idée de se diriger vers une ville sociale et coopérative.

Reconstruire doucement, Vers une ville transitoire

Via Kollectif

Photo de couverture: Édifice Wilder, projet par Ædifica​, photographié par David Boyer.

comments powered by Disqus