Fenêtre sur le futur de l'espace résidentiel: place au design universel

Cette semaine Index-Design questionne l’avenir de l'espace domestique. La maison post-Covid: plus adaptable ou plus rigide? Plus accessible ou plus fermée? Anna Kwon, Architecte et consultante en design universel à Société Logique, livre ses prédictions.

ID/ La plus grande opportunité de société qui jaillit de la conjoncture?

AK/ Revoir notre façon de faire. Plusieurs secteurs sont interreliés dans le domaine de construction. Cependant, c’est un domaine rigide où la façon de faire est profondément enracinée. Ce n’est pas facile d’apporter des nouveautés, particulièrement dans le secteur résidentiel, car nos maisons reflètent notre culture et que celle-ci ne change pas facilement.

Les circonstances nous font réfléchir sur notre façon de faire et de vivre dans plusieurs aspects. Les aînés et les familles sont au cœur de nos considérations plus que jamais. 

Nous souhaitons qu’il y ait un réel changement dans le secteur résidentiel, grâce à cette réflexion en quelque sorte forcée, pour offrir des modèles de maison dotée d’un environnement accessible, utilisable et habitable, non seulement par les aînés, mais par tous. La pandémie nous offre sur un plateau d’argent l’opportunité d’instaurer des changements bénéfiques à tous et il serait dommage de ne pas saisir cette occasion.

ID/ Comment la crise pourrait-elle bouleverser le design résidentiel?

AK/ La maison ne serait plus seulement l’espace de repos ou familial. Ce serait un lieu à multiple vocation où on travaille, se réunit, s’entraîne et où on s’amuse. Par conséquent, la maison devrait répondre à ce changement de l’utilisation des espaces. On peut imaginer quelques éléments: des murs mieux insonorisés, la possibilité de diviser la pièce en deux comme option à cocher à l’achat d’un condo, la possibilité d’avoir plusieurs espaces distincts dédiés au travail ou aux études ou encore l’obligation d’intégrer un balcon pour chaque logement situé dans un immeuble résidentiel.

ID/ La maison post-Covid : plus ouverte ou plus cloisonnée?

AK/ Ni plus ouverte ni plus cloisonnée, mais plutôt flexible et adaptable!

Les maisons, une fois construites, restent longtemps sur notre territoire. On ne démolira pas nos maisons parce que les modèles ne correspondent plus aux enjeux sociaux manifestés après ou pendant un événement comme la pandémie.

La maison construite post-Covid devrait offrir donc plus de flexibilité afin que l’utilisation des espaces puisse évoluer en même temps que les besoins qui se manifestent avec le temps.

Le design universel comprend justement la notion d’adaptabilité qui consiste à prévoir la construction de façon à ce que des modifications soient plus facilement réalisables et puissent répondre ainsi à l’éventail des besoins de l’ensemble de la population et aux enjeux sociaux.

Appartement témoin de l'Expérience 303 par Société logique

ID/ La maison post-Covid: plus sociale ou plus isolée?

AK/ Je ne pense pas qu’on s’isole davantage à cause de la pandémie. La preuve tient dans la popularité des plateformes de vidéoconférences. Cependant, il est probable que les gens désirent vivre dans un quartier moins dense, dans une maison plus spacieuse entourée d’un espace gazonné pour garder une certaine distance avec les autres maisons et leurs occupants. Cela ne signifie pas que les gens resteront dans leurs bulles, sans se voir ni se réunir. Ce serait contraire à la nature de l’être humain.

À plus forte raison, il y aura peut-être davantage de rassemblements ou d’activités sociales dans les maisons. D’où l’importance que les maisons soient accessibles pour pouvoir accueillir quiconque sans égard à la capacité physique. On appelle ce concept «visitabilité». 

ID/ Un projet dont vous souhaiteriez être l’autrice ?

AK/ Une maison de plain-pied. Au Québec, l’utilisation du sous-sol comme espace habitable est ancrée dans la culture. C’est un espace multifonctionnel, mais qui n’est pas accessible. La maison dotée de l’espace habitable dans le sous-sol possède aussi le premier étage assez haut par rapport au niveau de la rue, voire non accessible et également difficile à modifier pour rendre accessible.

J’ai envie de concevoir et construire une belle maison moderne de plain-pied pour démontrer les avantages de ce concept et encore aller plus loin pour que cela devienne un modèle concurrentiel dans le marché immobilier. 

ID/ La maison de demain est…?

AK/ La maison de demain serait flexible de façon à s’adapter à différentes situations familiales, à de nouveaux enjeux sociaux et aux différentes étapes de la vie. Elle serait donc facilement modifiable, à faible coût. Un modèle ayant du potentiel: la maison bigénérationnelle (maison principale + maison annexe) pouvant être habitée par deux familles proches ou par la famille propriétaire et une famille locataire. La maison annexe pourrait également servir d’espace de travail, de locaux pour une petite entreprise, etc.

__

Rejoignez la communauté design le 4 février à la Matinée Index-Design sur l’espace résidentiel de demain, présentée par Blum

Maude Pintal sera conférencière le 4 février à la Matinée dédiée à l’espace résidentiel. Avec une toute nouvelle étude de cas, elle présente les manières de favoriser l’intégration de stratégies de développement durable, de santé et de bien-être des habitants aux projets d'habitation multirésidentiels.

Procurez-vous votre billet à tarif réduit dès maintenant! 99$ (au lieu de 179$) pour un temps limité. Informations pour les tarifs billets multiples et à partir de 10 places, ici.

 

 

comments powered by Disqus