Bar jjacques : espace onirique coupé du temps

Atelier Filz a conçu pour le nouveau Bar jjacques de Québec un espace comme un parcours que l’on découvre en déambulant à travers une enfilade de pièces. Texturé, intime et coupé de toute notion temporelle, on s’y retrouve comme à bord d’un train qui voyage.

Tout était à faire dans cet espace qui abritait autrefois le casse-croûte de la rue St-Joseph. Ce canevas complètement blanc a permis à l’Atelier Filz d’explorer en profondeur l’agencement des formes, des couleurs et des matières.

« Rappelant à certain un train voyageur européen et à d’autres un bar tout droit sorti des années 80, plusieurs interprétations du lieu nous ont été mentionnées. Ce qui est vraiment l’fun c’est que les gens s’approprient le projet ! », lance Anthony Laliberté-Vincent, designer cofondateur de l’Atelier Filz.

Franchissant un premier rideau opaque, on pénètre d’abord dans l’entrée, puis dans la zone principale comportant le bar, suit une zone tampon bordée de velours, pour déboucher à l’issue d’un autre rideau dans la section finale où se dévoile une large fresque.

Même les effets sonores évoluent dans l’espace. À l’entrée et dans les salles de bain, les classiques de la chanson française sont à l’honneur, alors qu’ailleurs de la musique rythmée anime les lieux.

Le concept du jjacques transporte les convives dans un environnement sans repère temporel ou géographique. « C’est la première fois que nous réalisons le design d’un local qui ne comporte aucune fenêtre. Soudainement, on pouvait se trouver n’importe où sur la planète. Ce contexte nous a donné envie d’une atmosphère brumeuse qui invoque le rêve », souligne le designer.

L’artiste-muraliste Cyrielle Tremblay qui signe l’oeuvre unique enveloppant la dernière pièce du bar s’inscrit parfaitement dans l’univers onirique du jjacques. Elle propose une fresque dont les nuées vaporeuses et les lignes sont laissées libres à interprétations.

L’arrondi créé au plafond est habilement repris dans tout l’espace. Il s’en dégage une ambiance intime et feutrée à laquelle contribuent les tons foncés du mobilier réalisé sur mesure. Les détails comme la peinture naturelle à la chaux de couleur claire et les rideaux semi-transparents apportent textures et douceur à la zone principale de l’établissement.

Des suspensions de toutes sortes éclairent l’espace. Entre autres, Anthony Laliberté-Vincent mentionne la particularité des luminaires au-dessus des banquettes : « ce sont des globes récupérés du Village des valeurs ! On essaie toujours d’avoir des éléments revalorisés dans nos projets ».

Le jjacques compose ainsi habilement avec des bribes du passé. Il tire d’ailleurs son nom du grand-père de l’un des propriétaires. Cet espace à échelle humaine a été pensé à l’image de Jacques qui amateur de chanson française, prenait plaisir à recevoir, toujours bien mis et de bon goût. Les designers se sont aussi amusés avec le concept de leur client. Plusieurs éléments du bar font clin d’œil au double « j » du jjacques en présentant eux aussi un doublon : double suspension, double miroir, double pied, double table, etc.

--

Pour en apprendre plus au sujet de l'aménagement en hôtellerie, ne manquez pas la journée conférences RDV Index-Design - Aménagement hôtels, restaurants et bars, le mardi 12 mai 2020. Les billets sont disponibles ici

Photos : Sam St-Onge

comments powered by Disqus