S’inspirer de la technique du bois brûlé pour concevoir un atelier d’artiste

Le studio de l'artiste qui peint avec le feu, Steven Spazuk, semblait prédestiné à prendre place sur la rue Blackwood en Montérégie, dans un atelier recouvert de bois brûlé. C’est l’atelier BOOM-TOWN qui a donné vie à cette poésie improbable. Coup d’oeil sur le projet.

Le feu étant au cœur de la méthode de travail de l’artiste, le revêtement en bois brûlé s’est imposé pour couvrir l’atelier Blackwood d’une surface de 800 pi2.

La maison d’origine est blanche avec une toiture de tôle noire reproduite sur l’atelier. Ce jeu de contraste qui domine déjà se poursuit avec le nouveau volume. «Il y a une opposition de la couleur entre l’atelier et la maison de même que dans l’axe perpendiculaire des volumes», souligne Eric Joseph Tremblay, architecte de BOOM-TOWN.

Une longue lucarne blanche découpe une fente dans l’entité noire, telle une meurtrière, sur la façade sud-ouest.

La position des ouvertures est conçue pour que l’éclairage naturel illumine judicieusement l’atelier. L’artiste souhaitait également demeurer en relation avec la nature à l’intérieur de son nouveau lieu de création.

L’espace comprend une aire de création et un coin bureau. Des luminaires sur rail sont posés au plafond pour la polyvalence d’éclairage requise dans l’espace.

L’atelier s’intègre aussi bien aux bâtiments existants qu’à son environnement naturel. L’implantation a permis d’éviter toute coupe d’arbre sur le terrain boisé.

«L’entrée de service de la maison est adjacente à l’atelier. Cet emplacement permet de relier l’atelier à la maison tout en préservant l’intimité et l’aspect privé de la demeure lorsque des invités fréquentent l’atelier. L’artiste a aussi accès facilement au sous-sol de la maison où il entrepose certains produits», dit l’architecte.

À partir de la maison, on descend à peine quelques marches pour se rendre dans l’atelier blanc et lumineux, sur plancher radiant en béton poli. Souhaitant mettre en valeur le contraste entre le volume d’origine et la nouvelle partie contemporaine, les architectes ont relié l’atelier et la maison avec un espace vitré. 

«De plus, ça permet de “dématérialiser” le lien. Ça permet d’avoir de la lumière naturelle et des vues dans une zone de circulation qui ne gêne pas le travail de l’artiste», ajoute Eric Joseph Tremblay.

Petit Index des produits et références design

  • Revêtement extérieur de bois brûlé, Arbres & Bois
  • Chaise longue de peau de vache inspirée du design du XXe siècle LC4 de Le Corbusier

Pour plus de références design, consultez le Guide 300 adresses et références design pour aménager et rénover, en ligne ou imprimé pour nos références incontournables en design au Québec. 

Crédits photos: Raphaël Thibodeau 

comments powered by Disqus