Retour sur la Master Classe avec le studio Désormeaux/Carrette

Mercredi 6 décembre avait lieu la première Master Classe de la saison 2018 dont les invités étaient les designers français Nathanaël Desormeaux et Damien Carrette. Lors de la conférence, ces derniers ont partagé des aspects de leur univers créatif et ludique à travers une présentation inspirante qui a fait salle comble. Voici 5 points à retenir de cette rencontre.
 

1 - De la 2D à la 3D

Le duo Désormeaux/Carrette aborde chaque projet avec un processus spécifique où une typologie de l’objet à l’étude est décomposée pour le mettre à plat. Les designers sont ainsi en mesure d’en comprendre le processus de fabrication, les assemblages et les matières. C’est à travers cette étape cruciale qu’ils identifient l’élément qu’ils pourront modifier pour innover.  Cet élément, c’est le cœur technique de l’objet qui en devient également le cœur esthétique.  Dans la même optique, des collages 2D sont réalisés en début de projet avant de passer à la maquette 3D. Cette approche où l’objet est appréhendé d’abord en 2D avant qu'il ne passe en 3D représente, selon Desormeaux-Carrette, un moyen de production plus accessible pour les petites agences de design qui ont un budget limité.

2 - L’humain avant tout

Avant tout, c’est le côté humain inhérent à la pratique du design qui intéresse et motive le duo de designers. Conscients des changements de modes de vie acutels et intéressés par la question de l’évolution des usages, Nathanaël Desormeaux et Damien Carrette transposent leurs réflexions à travers des pièces de mobilier polyvalentes. Hybrides entre l'objet et l'espace, ces pièces permettent différents types d’interactions et supportent les nouveaux comportements dans les environnements de vie. Le bureau Lennart, édité par Made, en est un bon exemple. Il présente un design minimal et des proportions plus adaptées aux outils technologiques utilisés aujourd’hui. Ce bureau se compose également d’une paroi ajourée qui procure un sentiment d’intimité sans créer une fermeture totale. 

3 - Narration de l’objet

La dimension narrative de l’objet est exploitée dans chacune des créations de Desormeaux/Carrette. Les histoires racontées par leurs objets sont souvent à saveur ludique et impliquent la notion de plaisir. Lampe à déshabiller ou en forme de cage pour canaris et bouc à bascule représentent l’univers éclaté du studio. Pour Nathanaël Desormeaux et Damien Carrette, l’intention doit être lisible dans l’objet et doit explicitement inviter l’utilisateur à interagir avec ce dernier. L’aspect modulaire présent dans la majorité de leurs projets découle également de leur désir de créer une émotion et un lien entre l’usager et l’objet.

4 - Une approche globale

Le travail de Désormeaux/Carrette excède la conception d’objet pour embrasser une pratique plus globale du design. Une bonne compréhension de l’ensemble des étapes de fabrication de l’objet leur permet d’intervenir au niveau de la définition de la vision autour d’un projet. Ils sont ainsi en mesure d’intervenir autant comme designers que comme directeurs artistiques, et peuvent aider des entreprises à perdurer, se renouveler et même gagner de nouveaux marchés.  La sauvegarde des savoir-faire représente un enjeu important pour le studio qui met son talent au service d’entreprises qui nécessitent une réactualisation de leur offre globale.

5 - Vers l’avenir

Pour l’avenir, Nathanaël Désormeaux et Damien Carrette souhaitent élargir le spectre de typologies à toucher. Ils désirent continuer à développer leur approche à travers des projets variés notamment dans le domaine de la mobilité et des moyens de transport.  « C’est dans la diversité qu’on trouve respiration et créativité », conclut Nathanaël Desormeaux.

Crédit photos : Désormeaux/Carrette

Crédit photo d'ouverture : Caroline Dostie

 

comments powered by Disqus