La Cardinale : un aménagement à l'élégance simpliste

L'architecte Laurent McComber a imaginé la revitalisation de cette maison jumelée construite dans les années 1950 dans le quartier Ville-Saint-Laurent de Montréal. Tour d'horizon d'un projet misant sur les matériaux nobles et une configuration fonctionnelle. 

Au fil des ans, de nombreux ajouts ont été installés sur la structure vieillissante du bâtiment. À l'arrière, les espaces disloqués ne comprenaient qu'une porte opaque et quatre petites fenêtres. Construites sans fondation et usées par le temps, les annexes situées dans la cour arrière bloquaient également l'entrée de lumière naturelle dans la cuisine de la résidence.

Après le départ des enfants, la maison devait faire l'objet d'importantes rénovations, notamment pour répondre aux besoins du nouveau mode de vie du propriétaire. Ce dernier a confié le projet de revitalisation aux architectes de L. McComber qui avaient trois objectifs en tête : ouvrir les espaces de vie, laisser entrer la lumière naturelle et préserver l'esprit d'origine de cette maison familiale remplie de nombreux souvenirs.

De la rue, les passants peuvent apercevoir la façade existante d'inspiration Tudor, comprenant des colombages en bois et un enduit au deuxième étage. Le motif classique est le plus évident sur le mur pignon au-dessus du garage.

Sur la façade latérale de la résidence, des briques d'argile rouge définissent le rez-de-chaussée. Le deuxième étage reprend le motif des colombages peints dans des couleurs contemporaines. En contraste avec les murs gris clair, des lignes géométriques noires encadrent les fenêtres et se rejoignent à l'arrière du bâtiment. Ce dernier comprend aussi de nombreuses fenêtres qui exposent les espaces de vie ouverts à l'intérieur. La nouvelle terrasse arrière prolonge la cuisine grâce à l'installation d'une grande porte vitrée.

En supprimant stratégiquement certaines cloisons, les architectes ont fait en sorte que l'aménagement du rez-de-chaussée s'ouvre sur l'arrière-cour en tant que cœur de la maison. Dans la cuisine, le grand îlot en marbre noir révèle une modification de niveau et offre un poste de travail ouvert d'un côté et comprenant quelques sièges de l'autre. Au-dessus de la pièce, une passerelle étroite relie la chambre des maîtres à sa salle de bain, offrant une vue impressionnante sur la cour et sur le salon de la maison. Avec son garde-corps en acier Vierendeel et son plancher de bois, cet aménagement donne l'effet d'une passerelle suspendue.

Contrastant avec l'extérieur singulier, l'intérieur de la résidence privilégie un aménagement d'une simplicité raffinée. Pour la conception des planchers et de l'ébénisterie, les créateurs ont repris des lambris de chêne rouge teintés provenant des murs de la salle à manger. Les comptoirs et les détails de finition de la salle de bain en marbre noir et blanc complètent la palette à la fois chaleureuse et résolument contemporaine du projet résidentiel. 

 

Photos : Raphaël Thibodeau
Source : Arch Daily

comments powered by Disqus