Emporium : fier exemple du barbershop montréalais

L'Abri a conceptualisé ce projet commercial mettant à l'honneur du mobilier minimaliste aux lignes graphiques et une palette de couleurs riches et actuelles. 

Depuis déjà quelques années, les salons de barbier ont la cote. De plus en plus d'établissements misant sur le design de l'espace ouvrent leurs portes, tentant ainsi d'attirer une jeune clientèle mordue de « beau ». 

Le projet Emporium Barbershop du quartier Pointe-Saint-Charles ne fait pas exception. Il s'agit du troisième établissement de l’entreprise montréalaise qui compte déjà deux autres succursales dans les quartiers du Mile-End et du Plateau Mont-Royal. Alors que les autres adresses ont pignon sur rue, le nouveau salon se trouve plutôt dans le complexe aux allures industrielles du Nordelec, un bâtiment qui abritait autrefois l’usine de la Northern Electric Co., et qui accueille aujourd'hui des unités résidentielles et commerciales. 

L’objectif premier des concepteurs de la firme L'Abri était de conceptualiser un environnement accueillant et chaleureux qui serait à l’image de la marque Emporium, mais qui pourrait aussi contraster avec l'aspect brut du bâtiment d'origine. « Une grande paroi de verre composée de hauts panneaux coulissants sépare le salon de barbier du couloir de circulation, expliquent les concepteurs. Les panneaux se superposent pour ouvrir entièrement le commerce sur l’espace commun. »

Le nouveau salon contient six stations de coupe placées en forme de « U » afin qu'elles créent dans l'espace une certaine symétrie. Fabriqués en chêne blanc huilé, les meubles-lavabos faits sur mesure sont dotés de comptoirs en pierre à savon, un matériau qui formera une patine intéressante avec le temps, selon les architectes. De larges miroirs flottants, soutenus à l'aide d'un muret continu, sont placés face aux fauteuils de teinte crème. Au centre du salon, deux meubles de couleur vert forêt et de formes ovales allongées font office de vitrine pour les produits de coiffage, en plus de servir de station de paiement. 

Une pergola blanche suspendue au plafond du local dissimule la mécanique tout en donnant un effet d'abaissant à un niveau plus bas. Ce choix permet notamment de créer un espace plus intimiste. 

Un brin théâtral, le grand rideau de velours couleur « vieux rose » permet de séparer la salle principale de la zone réservée aux employés, où se trouvent une cuisine, un lieu d’entreposage et une petite buanderie.

Fiche technique

Année de réalisation : 2019
Architecte : Francis Martel Labrecque
Designer d’intérieur : Lysanne St-laurent
Construction : Modulor

 

Photos : Jack Jérôme

comments powered by Disqus