Deux étudiants en design industriel conçoivent un isolant écologique

Dans le cadre de l’exposition des finissants de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, Nathaël Stassen et Martin Roy présentaient leur système d’isolation écologique Nidum, un projet qui a attiré l’attention de notre équipe.

Le projet est né d’un désir de changer le milieu de la construction. Avant d’entreprendre des études en design industriel, Martin Roy avait travaillé en construction et rénovation, un domaine qui générait beaucoup de déchets aux yeux du jeune entrepreneur. « Je voulais partir ma compagnie de construction écologique, mais il n’y avait pas de produits à l’époque. Maintenant, il y a un mouvement. Si on offre plus de produits, c’est là que les choses vont changer », confie l’étudiant.

Nathaël Stassen

Martin et sa collègue Nathaël Stassen ont donc décidé de créer un isolant écologique en paille et crépi de chaux. Tous les aspects de sa fabrication ont été pensés afin de réduire son empreinte écologique. D’une part, l’isolant ne contient aucun adjuvant chimique ou produit pétrolier, étant plutôt constitué d’un mélange de paille, de sable, de ciment et de chaux. D’ailleurs, la paille qui entre dans sa composition a servi d’inspiration pour le nom du projet, Nidum, qui signifie « nid » en latin. « Ça ressemble à un nid d’hirondelles. C’est son cocon, son espace de vie. Comme c’est aussi un isolant sonore, c’est serein comme environnement », explique Nathaël.

Martin Roy

Les concepteurs ont également voulu minimiser le transport en sélectionnant des ingrédients provenant d’un rayon d’au plus 100 km. Mais le plus intéressant du point de vue écologique est la revalorisation de la paille comme résidu agricole, un matériau autrefois utilisé comme couvre-sol dans les étables et les écuries, mais qui a peu à peu été remplacé par des copeaux de bois.

Un matériau de construction accessible

Le produit se veut écologique, mais également accessible. Accessible en termes de coût, de disponibilité du produit et de mise en place. Côté installation, Nathaël et Martin ont conçu leur bloc d’isolation de façon à ce qu’il se rapproche le plus possible du bloc de béton pour ce qui est de ses dimensions et de son poids. Ces blocs servant à la fois d’isolant et de structure se veulent faciles à installer puisqu’ils s’imbriquent entre eux et ne nécessitent pas l’application de mortier. Le duo estime que le coût de construction d’une résidence isolée avec le Nidum serait de 10% à 15% inférieur à celui d’une maison construite avec les matériaux actuels. Un faible coût qui s’explique en partie par le fait que seuls trois matériaux (blocs, treillis et crépi), plutôt que neuf, seraient utilisés.

Les deux étudiants entrevoient d’autres possibilités pour leur produit. « La forme pourrait être exportée dans d'autres pays, où ils pourraient par exemple utiliser de la paille de rizière plutôt que de la paille de grain », affirme Nathaël Stassen. Cela permettrait de conserver la philosophie de l’approvisionnement et la revalorisation des résidus agricoles locaux.

Il reste encore plusieurs étapes avant la commercialisation de cet isolant écologique. Mais à voir la détermination de Martin et de Nathaël, le produit a un bel avenir devant lui !

comments powered by Disqus