Conférence Master Class de Nicholas Szczepaniak : 3 projets phares de l'architecte londonien

Le 10 avril dernier, l'architecte Nicholas Szczepaniak du studio éponyme présentait à la Société des arts technologiques de Montréal (SAT) ses réalisations empreintes d'une recherche architecturale à la fois réfléchie et expérimentale. Coup d'oeil sur trois projets marquants du créateur. 

Les abris et la promenade de la plage de Milford

Le New Forest District Council a commandé la conception de 120 cabanes de plage et de 300 mètres de promenade afin de remplacer le front de mer préalablement détruit lors de fortes tempêtes survenues en 2014 dans le village de Milford-on-Sea. L'équipe de Nicholas Szczepaniak s'est inspirée des structures de défense côtière, construites spécialement pour miser sur la performance et la longévité de leurs matériaux. Les formes en répétition donnent à ces volumes côtiers une constitution rappelant la permanence afin que ces derniers paraissent comme des objets défensifs dans le paysage. La palette de couleurs utilisée par l'architecte s'inspire du lichen, et se retrouve principalement à l'avant des cabanes de plage, donnant à chacune un caractère unique.

Projet Milford-on-SeA

Projet Milford-on-Sea

Palette de couleurs inspirée du lichen dans le PROJET MILFORD-ON-SEA

 

La boutique l'Occitane de Londres

Évoquant l'idée de la « beauté suspendue dans le temps », l'installation aménagée dans la vitrine de la boutique londonienne des produits l'Occitane explore la relation sensorielle entre la lumière et l'odorat. Inspirée par «l'heure d'or de la Provence», plus de 2000 lentilles Fresnel et Plano-Convex ont été suspendues dans l'espace formant un voile rétractable qui converge la lumière. Les diffuseurs de parfums émettent quant à eux le parfum L'Occitane Terre de Lumière pour créer une expérience à la fois immersive et interactive.

Projet l'occitane regents street

PROJET L'OCCITANE regents street

 

Le barbershop et spa Chaps & Co de Dubaï

Situé dans le dynamique quartier du Dubai Design District, le salon de barbier de 300 mètres carrés est le troisième magasin conçu et réalisé par l'équipe de Nicholas Szczepaniak pour la marque Chaps and Co. Les propriétaires souhaitaient créer un havre élégant et accueillant pour les hommes modernes qui soit également moins stérile que les salons unisexes alternatifs offerts jusque-là à Dubaï. En plus d'offrir des services traditionnels de coiffure, la boutique offre des soins bien-être et un espace lounge où les clients peuvent se détendre. 

Inspiré du salon de coiffure traditionnel anglais, le salon de barbier propose une esthétique résolument contemporaine où la menuiserie faite sur mesure à partir de chêne fumé enveloppe toutes les surfaces internes pour créer une expérience immersive. Des perles et des bandes en acier inoxydable ont été intégrées pour capturer et refléter la lumière naturelle. L'architecte voulait y créer une atmosphère stimulante, tout en reflétant le travail artisanal précis et de haut niveau des barbiers de Chaps & Co.

salon de barbier Chaps & Co

SALON DE BARBIER CHAPS & CO

SALON DE BARBIER CHAPS & CO

 

Ashley Rumsey et Stanley Sun, mason studio

La dernière Master Class de la saison : Mason studio 

Mason Studio est une entreprise d'architecture d'intérieur qui axe sa pratique sur l'intégration de l'art, des objets du quotidien, du graphisme et de la technologie dans ses différents projets d'aménagement, qui comprennent des hôtels, des restaurants, des boutiques, des résidences et des installations conceptuelles.  

Les fondateurs de la firme, les designers Ashley Rumsey et Stanley Sun, fusionnent leurs connaissances avec certaines réalités plus traditionnelles du design d'intérieur pour proposer à leur clientèle des solutions multidisciplinaires et personnalisées. 

La conférence du duo de concepteurs de Mason Studio se tiendra la 8 mai prochain, dès 18h, à la Société des arts technologiques de Montréal. Pour vous inscrire à la conférence, cliquez ici

Projet Kimpton Saint George Hotel, 2018, Mason Studio

Photo d'ouverture : David Afriat

comments powered by Disqus