Comment choisir un designer d’intérieur

Vous souhaitez embaucher un designer pour un projet de rénovation, mais ne savez pas par où commencer ? Suivez ce guide compilé auprès de trois designers chevronnés.

Les émissions de télévision consacrées à l’aménagement d’une pièce ou d’une résidence inspirent de nombreux téléspectateurs à faire appel aux services d’un designer. Pourtant, dans la vraie vie, les gens ont la lourde tâche de trouver eux-mêmes leur designer. Faute de savoir comment en dénicher un, ils embauchent souvent une personne recommandée par un ami, une belle-sœur ou un collègue, lui confiant, un peu à l’aveugle, leur projet et leur budget. Au final, les résultats sont parfois très mitigés.

Nous avons donc sondé trois personnalités télévisuelles pour connaître la meilleure façon de choisir un designer d’intérieur.

Identifiez les designers ou les firmes dont vous aimez le style

Cette étape, en apparence simple, est probablement la plus déroutante pour quiconque ne connaît pas les designers ou les firmes québécoises (il y en a des centaines !). Jessica Rivière Gomez se souvient : « Des gens venaient nous voir, par exemple au Salon de l’habitation, et nous disaient “Ah moi, j’ai eu une mauvaise expérience avec un designer” ». En creusant un peu, elle s’apercevait que les plaignants avaient souvent embauché la designer de leur voisine, faute de savoir où chercher. C’est ce qui lui a donné l’idée de créer le guide 200 designers d’intérieur au Québec pour le compte d’Index-Design.

Daniel Corbin, de la firme D-COR, suggère lui aussi de feuilleter ce guide pour trouver des designers dont le style est compatible au vôtre, quitte à approfondir vos recherches sur le web. « La règle numéro un, c’est de s’entendre sur un style en tant que couple avant même de choisir un designer. Parce que s’il y en a un qui aime un style très très traditionnel et l’autre aime les trucs ultra modernes, il y a un “clash” en partant. Donc de trouver un designer qui va pouvoir rencontrer les deux styles ne sera pas une mince tâche. »

Le bouche-à-oreille constitue aussi une option intéressante si vous avez vu un aménagement qui vous plaît chez un ami ou parent. Mais comme n’importe qui peut s’approprier le titre de designer, Jessica Rivière Gomez suggère de vérifier la formation reçue par la personne recommandée, notamment via le site de l’Association professionnelle des designers d’intérieur du Québec (APDIQ), dont les membres ont une formation collégiale ou universitaire. Il faut toutefois savoir que, comme l’adhésion à l’APDIQ n’est pas obligatoire, il y a des designers très qualifiés qui choisissent, pour des raisons variées, de ne pas en être membre.

Informez-vous du mode de fonctionnement

Une fois que vous aurez identifié les designers dont vous aimez le style, contactez-les pour vous informer de leur mode de fonctionnement. Karyne Beauregard (Entre 4 murs et Espace 313) suggère de privilégier une conversation téléphonique à un courriel, question de vous faire une première impression de la personne. « Et ne pas hésiter à poser beaucoup de questions ! »

  1. Parlez au designer de votre projet pour vous assurer que ce dernier est dans ses cordes et propre à ses spécialités. Un designer spécialisé dans les projets résidentiels ne sera sans doute pas la meilleure personne pour aménager votre nouveau restaurant. Ou un designer orienté vers le haut de gamme n’aura peut-être pas envie de rénover la salle de bain de votre modeste bungalow.
     
  2. ​Informez-vous du taux et de la durée de la première rencontre. Certains l’offrent gratuitement, d’autres pas.
     
  3. Demandez au designer quel est son mode de facturation : à forfait (prix fixe), à l’heure ou à pourcentage ? À ceux qui offrent des tarifs fixes, informez-vous du nombre de changements de plans qui sont inclus dans le prix, et combien coûtent les modifications supplémentaires. Votre facture pourrait augmenter rapidement si vous êtes du genre indécis.
     
  4. Osez aborder la question très taboue des commissions. Les designers reçoivent en effet une commission de 5%, 10% et parfois même 20% sur leurs achats de produits et matériaux. Certains vont partager ce rabais avec les clients, d’autres utiliseront ces sommes pour compenser des tarifs moins élevés ou les heures non-facturées aux clients. Il n’y pas de bonne ou mauvaise façon de gérer les commissions, mais la manière de répondre du designer vous en dira long sur son degré de transparence.
     
  5. Toujours côté argent, demandez quelles sont les modalités de paiement pour les fournisseurs. Plutôt que de remettre la totalité de votre budget entre les mains du designer, il est plus sécuritaire de payer vous-même le plombier ou le céramiste. Cela permet de protéger vos économies si le designer fait faillite en cours de projet.
     
  6. Côté plus technique, vérifiez ce que le designer peut réaliser en matière de plans. Peut-il faire des plans de démolition, de construction, d’électricité, de plomberie, d’éclairage, d’ébénisterie ? Parce que les plans ne sont pas seulement utiles pour allécher les participants aux émissions de télé, ils sont essentiels au bon déroulement du projet. Et c’est ce qui permet de garder un contrôle serré du budget. « N’hésitez pas à demander un exemple de plan afin de voir le niveau de détail et de professionnalisme du designer », conseille Karyne Beauregard. Vous pouvez aussi demander des exemples 3D si vous le désirez.
     
  7. Si vous n’avez pas envie de faire la surveillance du chantier, informez-vous auprès du designer si cela fait partie des services offerts.
     
  8. Demandez qui fait les demandes de permis et autres paperasseries à la ville.
     
  9. Demandez au designer s’il travaille exclusivement avec un seul entrepreneur ou ébéniste, ou s’il est à l’aise de travailler avec vos ressources.
     
  10. Renseignez-vous sur sa façon de travailler : seul ou en équipe ? Qui fera la gestion de votre projet au quotidien ? Y aura-t-il quelqu’un pour répondre au téléphone à son bureau pendant le chantier ?

Rencontrez les designers pour évaluer s’il y a une bonne chimie entre vous

Après avoir éliminé les candidats dont le mode de fonctionnement ne vous convient pas, il ne vous reste qu’à rencontrer les finalistes. Daniel Corbin croit qu’il est idéal d’en rencontrer au moins 4, pour que 2 d’entre eux puissent se démarquer.

Cette rencontre est l’occasion de discuter plus en détail de votre projet et votre budget. « Il est important d’avoir un budget réaliste, car souvent dans les émissions, ce ne l’est pas du tout. Si le client ne sait pas combien investir dans ses rénos, il peut s’adresser au designer qui saura lui recommander des échelles de budgets selon la pièce à rénover mais aussi selon les goûts du client, car c’est souvent ces derniers qui font varier les budgets à la hausse », affirme Karyne Beauregard. À la télévision, le client ne débourse en effet jamais pour le designer ni pour l’entrepreneur. Et même s’il paie les matériaux, ceux-ci sont souvent moins chers en raison de commandites diverses.

Il s’agit aussi d’un bon moment pour parler de vos goûts, en apportant par exemple des images de magazines ou tirées de Pinterest. « En tant que client, il ne faut pas que tu aies peur de t’exprimer. C’est TA maison. C’est TON sous-sol. C’est TA salle à manger. Tu ne vas pas passer pour un quétaine si tu dis “j’aimerais ça avoir des chaises roses transparentes”. Que ça soit à la mode ou pas, on s’en balance », précise Daniel Corbin.

Enfin, vous pouvez demander des références. Daniel Corbin croit que si le designer est en affaires depuis un certain temps, il devrait facilement pouvoir vous en fournir de 10 à 15. Vous pouvez aussi l’interroger pour savoir s’il a des clients récurrents, un bon indice de satisfaction de sa clientèle.

Suite à cette rencontre, vous devriez être en mesure de savoir si vous vous sentez à l’aise avec le candidat retenu, un aspect primordial selon les trois designers interrogés pour cet article. « Come vous serez amenés à travailler de façon très proche et serrée avec votre designer, il est très, je dirais même hyper important, que le courant passe et que vous vous sentiez en confiance », insiste Karyne Beauregard.

Selon Daniel Corbin, ces trois critères (style, mode de fonctionnement et personnalité) constituent les éléments clés dans le choix d’un designer. « Le prix, ça devrait venir en dernier. Parce que si la personne fait exactement ce que tu veux et dans ton style, sa personnalité te plaît, son mode de fonctionnement te plaît, vas-tu risquer ton projet pour 2 000$ ou 3 000$ ? »

Vous chercher un designer ? Procurez-vous le guide Index-Design 200 designers d'intérieur au Québec.

 

comments powered by Disqus