Le nouveau Pavillon pour la Paix du MBAM : L’art pour éduquer, guérir et grandir

Le mardi 7 juin dernier, le Musée des beaux-arts de Montréal dévoilait l’architecture de son nouveau pavillon consacré à l’art international et à l’éducation. Mandaté pour la construction du projet, le consortium composé d’Atelier TAG et Jodoin Lamarre Pratte architectes a su créer un bâtiment qui reflète bien l’engagement communautaire et les valeurs sociales ancrées dans la mission du Musée telles que l’inclusion, l’accessibilité et l’éducation. 

Intégré avec justesse dans l’environnement urbain, le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein devient un agent de revitalisation pour la rue Bishop, dont le travail de réaménagement permettra un accès plus facile pour les visiteurs et les nombreux groupes scolaires qui fréquentent le musée. Derrière la façade de dentelle, se déploie un espace intérieur lumineux et aéré qui présente une matérialité naturelle et brute. Le béton, le bois et la pierre calcaire composent un écrin sobre qui accueillera les quelques 700 pièces datant du Moyen-Âge jusqu’à l’art moderne ainsi que la collection offerte au Musée par Michal et Renata Hornstein en 2012.  Ouverte sur la ville, la promenade architecturale présente des particularités qui signent le caractère novateur de l’expérience muséale proposée par les concepteurs.  Ainsi, le parcours se tisse de point de passages fluides entre les galeries d’exposition et des lieux dédiés à la relaxation qui offrent des points de vue privilégiés sur la montagne, le fleuve et la ville.  « L’espace devient le véhicule pour contempler l’art et la ville et pour prendre une pause », explique Katsuhiro Yamasaki de la firme Atelier TAG.  Au cœur de ce parcours se trouve un espace public rassembleur et ouvert dont l’escalier jouxté d’une estrade invite à prendre son temps et à profiter tant de la vue intérieure qu’extérieure.  Le point focal de cet espace est sans nul doute Le nœud Pivoine, une  œuvre sculpturale et colorée de l’artiste Jean-Michel Othoniel

« La muséothérapie tient compte du besoin physiologique de beauté et s’adresse à l’intelligence sensible humaine. L’art procure un bien-être et l’art fait du bien »  explique Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du musée.

À la vocation de présenter la collection d’art international, s’ajoute le volet éducatif et d’art thérapie qui occupera deux niveaux du pavillon.  Au programme, des espaces complètement adaptés pour recevoir les groupes communautaires, scolaires et les familles où se dérouleront des ateliers et des expositions éducatives.  Le volet d’art thérapie quant à lui provient d’une collaboration unique entre le MBAM et l’université Concordia et proposera des traitements médicaux à l’intérieur même du Musée.  « La « muséothérapie », explique Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du musée, tient compte du besoin physiologique de beauté et s’adresse à l’intelligence sensible humaine. L’art procure un bien-être et l’art fait du bien. »  Cette approche médicale et son intégration au sein du programme architectural du pavillon démontre une fois de plus l’engagement social du MBAM et sa volonté à décloisonner le musée et mettre l’art au service de la société.  Le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein sera inauguré au mois de novembre prochain.

comments powered by Disqus