Rencontre avec le nouveau vice-président - ingénierie d'Ædifica

La nomination de Jean-François Pelletier à la tête de son équipe d'ingénieurs permet à la firme montréalaise de miser sur une stratégie de conception intégrée et de développement durable. 

Depuis le 15 mai dernier, Jean-François Pelletier s'est engagé, à titre de vice-président - ingénierie, à diriger une équipe composée de 20 ingénieurs au siège d'Ædifica à Montréal. De concert avec le bureau de St-Louis dans l'État du Missouri, il souhaite amener son équipe à réaliser des projets où l’accent sera mis sur les services à valeur ajoutée et sur l’écoconception. Cumulant plus de 15 ans de métier, l'ingénieur d'expérience en mécanique du bâtiment s'est donné pour mission, depuis les dernières années, de créer un dialogue entre l’architecture et l’ingénierie.

Jean-François Pelletier voit en Ædifica une firme innovante qui a tenté, il y plus de ving ans, l'intégration d'une équipe d’ingénierie à son équipe d’architecture et d’aménagement, une idée qu'il juge avant-gardiste et innovante.

« J'avais une vision commune avec Ædifica et ce qui la démarque, c'est cette volonté de créer un dialogue complice entre les architectes et les ingénieurs. Quand on travaille dans des firmes séparées ou distinctes, ce n’est pas nécessairement intégré de la même façon. Ce qui est différent ici, c'est de pouvoir travailler dans leur champ d’intérêt. C'est une firme d’architecture où les ingénieurs ont leur place. »

Selon lui, cette approche synergétique permet de donner des résultats efficaces, non seulement au niveau du développement durable, mais aussi lors de la réalisation de projets qui placent l’humain au centre de la démarche. « Pour nous qui construisons des bâtiments, l’environnement bâti est un des aspects qui a le plus gros impact, non seulement sur l’écologie, mais aussi sur l’humain, sur sa sécurité et dans sa vie de tous les jours. Au fond, les ingénieurs et les architectes ont les mêmes objectifs. »

Un défi qu'il risque de rencontrer au sein d'Ædifica? « Le constant flux d’informations par rapport aux nouvelles technologies, mais aussi le fait de devoir garder une certaine critique. Il faut s’assurer que si on adopte une nouvelle approche dans un projet, ça reste pertinent. Je pense qu'on doit donc savoir critiquer les autres disciplines, tout en étant capable d’arriver à produire un concept qui en est l’amalgame », résume Jean-François Pelletier.  

Pour l'ingénieur, il est aussi important que la vision architecturale soit soutenue par un apport technologique et que, dès le départ, il y ait une bonne cohésion entre les différents domaines. 

« Je crois qu'il y a de l’architecte dans chaque ingénieur et de l’ingénieur dans chaque architecte! »

 

 

Crédit photo : Ædifica 

 

 

 

 

 

comments powered by Disqus