Une résidence inspirée du travail de l’architecte Frank Lloyd Wright

Au creux d’une vallée champêtre de Mauricie, cette réalisation de la firme Chevalier Morales Architectes revisite la signature du célèbre architecte américain à travers un plan de construction modulé par l’insertion de nombreuses terrasses. 

De loin, la résidence étonne par sa toiture angulaire qui établit une réciprocité géométrique avec les collines des environs. Le concept du projet fut d'abord teinté par une touche de nostalgie puisque le site où a été implantée la maison fut le lieu de tournage principal des scènes extérieures de la série télévisée Les Filles de Caleb, popularisée dans les années 1990.

Magnifiques vues, larges collines et granges ancestrales, chacun des aspects qui caractérisent le lieu ramenait les architectes au récit fictionnel se déroulant en plein cœur du Québec rural. L'équipe de conception s'est aussi tournée vers l’œuvre de Frank Lloyd Wright en configurant les connexions visuelles, établies entre les espaces intérieurs et extérieurs du projet résidentiel. 

Réalisée à l’horizontale, la maison comprend six chambres, deux salles familiales, quatre salles de bain et trois espaces de garage, principalement distribués au rez-de-chaussée. 

La toiture de la résidence est composée de plans inclinés aux angles irréguliers. On retrouve également une absence totale de surplomb. Cette technique permet à la toiture de se métamorphoser selon l’angle d’approche. Le toit forme également une unité avec les murs extérieurs, donnant l’impression d’un objet architectural qui prend sa place dans le paysage champêtre. De l’intérieur, les facettes du toit sont révélées et contribuent à unifier les espaces de vie sous une voûte complexe.

En plus de la toiture développée exclusivement pour le projet, la maison s’ancre sur le site à travers diverses terrasses ouvertes sur la vallée. Celles-ci sont le résultat de soustractions au volume initial qui offrent ainsi des qualités spatiales et de lumière naturelle variées.

La terrasse principale est située près de l’entrée pour créer un effet de compression. Elle amène en quelque sorte le paysage à l'intérieur de la maison tout en offrant un jardin intime aux propriétaires. L’idée d’un jardin défini par l’architecture de la maison représente également une inspiration puisée des maisons conçues par Wright.

L'équipe de conception a choisi de recouvrir les murs extérieurs de planches de bois brut d’épaisseurs variées et teintes en noir. La texture des revêtements se module selon le degré de lumière naturelle du jour. 

Concernant les ouvertures de la résidence, deux stratégies ont été appliquées dans la composition architecturale. Des murs-rideaux ont été utilisés pour les ouvertures créées par les soustractions des terrasses, alors qu’ailleurs dans la maison, les fenêtres jouent ce même rôle. Ces dernières se projettent cependant à l’extérieur de l’enveloppe.

Avec sa géométrie originale, la richesse de ses textures et la connexion qu’elle établit avec l'environnement qui l'entoure, la Résidence de la Vallée du Parc propose un dialogue pertinent sur la question de l’intégration de l’architecture dans l'espace naturel.  

 

Fiche technique

Lieu: Vallée du Parc, Québec, Canada
Date de fin du projet: 2015
Superficie: 434 m2
Collaborateurs: Géniex, Aubin Pélissier

Photos: Chevalier Morales Architectes

comments powered by Disqus