Une minute avec Gregory Fages

Quelques questions pour en savoir plus sur les créateurs en design et en architecture.

Nom : Gregory Fages
Poste : Architecte chargé de projet
Entreprise : SIMARD Architecture

Ce qui vous inspire ?
L’être humain en général, tout particulièrement notre capacité à nous adapter, à évoluer, à communiquer et surtout à imaginer. Chez SIMARD Architecture, nous pensons que l’humain est au cœur de chaque projet. Notre environnement est façonné par nos comportements et par nos choix et c’est fascinant de découvrir à travers le monde tant de villes, d’habitats, de structures et de matériaux différents. Pourtant nous sommes tous identiques avec une tête, deux bras et deux jambes ! Pour le moment…

Une tendance que vous ne supportez pas ?
Le copier-coller. Il nous arrive d’entendre : « Auriez-vous des plans déjà réalisés similaires à notre projet ? » Raclement de gorge… Chaque projet a sa réponse.

Une obsession ?
Les alignements.

Vous ne pourriez pas vous passer de…
Ma petite famille et la musique. Je vis, travaille, voyage, peins, partage, réponds à vos questions toujours en musique. La musique a le pouvoir de me permettre de me concentrer et de décupler ma créativité tout en me relaxant.

Une application qui vous a sauvé la vie ?
Sauvé la vie ? La lampe torche m’est souvent très utile ! Candy Crush pour les longs voyages…

Ce que vous écoutez en ce moment ?
Johnny Cash (The Man Comes Around), Sohn, Ben Harper, Billie Holiday, Coldplay…

Ce que vous lisez ?
Mes lectures me permettent de libérer mon esprit et de nourrir mon imagination. La science-fiction est une énorme marmite pleine d’idées géniales ! Les monades urbaines, 2001 l’odyssée de l’espace, Dune, Chroniques martiennes, La guerre des mondes, Silo et bien d’autres. Tout autant de mondes différents et de sociétés réinventées. Aussi, au-delà des récits, les images et les films qui accompagnent ces fictions sont pour moi des exemples de création.

Un autre métier que vous auriez aimé faire ?
Artiste peintre/graphiste nomade. J’ai la chance de pratiquer un métier technique et graphique à la fois ; je suis donc souvent amené à faire parler l’artiste qui est en moi dans mes projets. Les premières lignes et les premiers gestes sont autant de dessins, photos ou textes issus de notre perception d’un site et de ses contraintes. À chacun de nous de les exprimer et de les partager afin que le projet existe. Bien qu’une grande partie de mon énergie soit dirigée vers ma famille et mon travail en tant qu’architecte, je suis aussi artiste peintre en parallèle depuis plus de 13 ans et cela commence à prendre de plus en plus de place dans ma vie ! Pour la partie nomade, je voyage dès que j’en ai la possibilité.

Le projet dont vous êtes le plus fier ?
Pas facile. Je dirais la Résidence Hemmingford construite en 2016. C’est un projet qui semble simple, mais pour arriver à ce résultat, il a fallu faire preuve de créativité dans chaque détail de construction. Pour citer quelques exemples, nous avons remplacé la maçonnerie de briques standard par de la « maçonnerie d’ardoise » taillée sur mesure par une carrière locale, et pour simuler un monolithe qui émerge du sol, nous avons dissimulé les fondations. Pas si simple... Selon moi, un bon travail d’équipe et un client en or sont les ingrédients principaux d’une bonne recette d’architecture !

Un projet dont vous n’êtes pas l’auteur, à votre grand dam ?
Il y en a tellement ! Il y a un projet en particulier dans lequel je me suis promené et qui m’a laissé une marque indélébile : le Musée Neues à Berlin, réalisé par David Chipperfield Architects. Ce que j’aime dans ce type de réhabilitation, c’est le mariage parfait entre architectures du passé et d’aujourd’hui. Ce projet est un exemple de respect, de subtilité et d’élégance.

Un projet que vous rêvez de réaliser ?
Il y a une idée forte qui unit l’équipe au sein de SIMARD Architecture : l’humain au cœur de chaque projet. Cette dimension dirige forcément mon choix vers des projets qui rassemblent, où l’être humain s’approprie l’espace et le transforme à sa guise. Personnellement, je dirais une nouvelle place publique en plein cœur de ville n’importe où sur la planète.

comments powered by Disqus