Mapping vidéo: l’art d’augmenter la réalité ?

Restructurer la réalité visible, animer un lieu statique, créer un espace d’immersion et d’interaction personnalisé avec le public, le mapping vidéo comme création d’une expérience sensorielle unique.

Le mapping, technique qui consiste à projeter de la vidéo sur des volumes, implique l’idée de la transformation d’un objet réel par le virtuel et fusionne en un seul corps : espace et image, matière et lumière, fiction et réalité.

Depuis le début des années 2000, le mapping connaît un succès croissant. Pourtant, cette discipline, née en France il y a une dizaine d’années, ne se résume pas à de simples projections réalisées sur la façade d’édifices. Une nouvelle génération d’artistes questionne la perméabilité des frontières entre le physique et le numérique, et explore une nouvelle forme d’art au croisement de l'architecture, de la scénographie, de la vidéo et du design. 

Basé à Paris, le label créatif 1024 réalise de nombreux projets à l’architecture minimale et prospective en France et à l’international. Il conçoit des installations architecturales et audiovisuelles transversales qui soulignent l’interaction entre high-technology et low-technology, corps et espace, son et visuel, art et architecture.

Pier Schneider, co-fondateur de 1024, nous parle de TESSERACT, une structure architecturale monumentale qui se réfère à l’objet géométrique et mathématique du même nom. Installation qui crée à la fois l'animation visuelle et la surface de projection, elle réagit au son et invite le public à pénétrer et s’immerger dans cette cathédrale de lumière.

Ce dispositif génère un nouveau langage architectural où les projecteurs dynamisent la perception statique du cube et instaurent un dialogue interactif entre éléments visuels animés et structure fixe. Via cette installation, il s’agit de proposer au spectateur une expérience inédite du volume et du mouvement comme un nouveau rituel immersif. Tout mouvement est dérivé de données graphiques (DATA) - images traduites en temps réel. L’expérience est rendue possible grâce à un fichier de données qui permet de générer des comportements toujours en phase avec la musique et de les ajuster en temps réel.

Pier évoque également une nouvelle commande publique de la Ville de Paris sous le périphérique à la Porte de la Villette. Il s’agit d’intégrer un œuvre d’art numérique semi-pérenne qui re-tisse du lien dans l’espace urbain et accompagne la circulation douce entre Paris et sa banlieue. Les créateurs numériques imaginent un zébra digital - allégorie empruntée à la mobilité urbaine - fait à partir de Leds installées de façon linéaire. Véritable structure-sculpture cinétique, le contenu projeté décompose l’image pour obtenir ce que l’on ne peut pas percevoir à l’œil nu.

Le Label 1024 précise que leurs projets sont entièrement contrôlés par des logiciels conçus sur mesure. Né de leur propre usage, MadMapper a été commercialisé pour offrir à tout un chacun la possibilité d’accéder à l’art du mapping 3D.

1024 annonce d’ailleurs la sortie d’une nouvelle version (3.0) avant l’été 2017 où chaque utilisateur pourra désormais générer du contenu graphique et visuel en temps réel. Chacun pourra mapper et contrôler la lumière et/ou la vidéo pour la mettre en espace et en interaction avec de la musique, un performer ou le public !

De la sculpture la plus simple à l’architecture la plus complexe, le mapping vidéo transporte les visiteurs dans un voyage imaginaire et poétique de jeu et d'illusions optiques.

Les oeuvres manifestent un état transitoire entre une réalité physique et virtuelle où la lumière et le mouvement créent une poétique de la matière et une nouvelle esthétique du numérique.

comments powered by Disqus