Plantalámpara : Quand la nature nous ''éclaire''

Vous souvenez-vous de Glowee, l’entreprise qui veut mettre la bioluminescence au service de l’éclairage urbain ? Cette fois, on ''hack'' la nature à la source en se branchant directement sur les plantes.

Le projet Plantalámpara (ou littéralement « plante-lampe »), est une initiative de chercheurs de l’Université d’Ingénierie et de Technologie de Lima au Pérou. L’objectif, vous l’aurez compris, est de mettre au point une lumière alimentée par l’énergie issue de la photosynthèse retrouvée dans les plantes.

Mais pourquoi convertir l’énergie produite par la plante en lumière ? Pour toutes sortes de bonnes raisons - économiques, écologiques, mais aussi pratiques ; le procédé permet en effet d’améliorer l’accès à l’électricité dans des *régions éloignées, où l'électricité est peu ou pas du tout accessible.

Du végétal à la lumière

La plantalámpara se présente sous forme de jardinière : suffit d’y planter le végétal de votre choix et de raccorder celui-ci à l’ampoule. C’est ensuite au tour des bactéries présentes au niveau des racines de la plante de produire l’énergie nécessaire à la lumière. Pour l’instant, le système génère uniquement deux heures de lumière par jour. Cela semble peu, mais rappelons que dans le cas des populations éloignées, il s’agit de deux heures de plus pour travailler ou encore étudier...

Les ingénieurs travaillent également sur un autre dispositif pour les habitants de ces régions ayant un accès limité à l’électricité, soit une lumière fonctionnant avec la photosynthèse des algues. Qu’il s’agisse de plante-lampe ou d’algue-lumière, la science et la nature n’ont certainement pas fini de nous inspirer toutes sortes de brillantes solutions.

*Dans la forêt d’Amérique du Sud, 42% de la population rurale n'a pas accès à l'électricité.

* Ce texte fait partie d'une série d'articles sur les expériences inspirantes en technologie, présentée par TKNL.

comments powered by Disqus