Une minute avec Gatline Artis

Quelques questions pour en savoir plus sur les créateurs en design et en architecture.

Nom : Gatline Artis
Poste : Designer d’intérieur
Entreprise : Entre 4 Murs et Espace 313

Ce qui vous inspire ?
Les voyages, les cultures, les différences dans tout ce qui existe, tout ce qui m’est inconnu dans le fond ! J’aime remettre les choses en question, m’étonner devant quelque chose que je ne connais pas, essayer de comprendre une démarche différente de la mienne pour toujours apprendre et innover !

Une tendance que vous ne supportez pas ?
C’est difficile de dire quelle tendance je ne supporte pas. Je dirais plutôt que, dans la plupart des cas, je suis toujours triste lorsque je trouve un élément si beau et distinct devenir une norme labellisée et commercialisable. À partir du moment où une tendance, au sens large, se crée, un design perd souvent son originalité et, par le fait même, son unicité.

Une obsession ?
La lumière !

Vous ne pourriez pas vous passer de…
Définitivement la musique !

Ce que vous écoutez en ce moment ?
Sofi Tukker, Flume, The XX, Ane Brun et Rüfüs.

Ce que vous lisez ?
La fabrication du consentement de Noam Chomsky et Edward S. Herman.

Un autre métier que vous auriez aimé faire ?
Selon moi (et Confucius un peu avant lol !), lorsque l’on choisit un métier que l’on aime, on n’a pas à travailler un seul jour de sa vie. C’est exactement pourquoi j’ai choisi le design, et si j’avais voulu faire autre chose, j’aurais probablement essayé de m’épanouir au travers de mes autres passions : design de mode, DJ ou pilote de ligne.

Le projet dont vous êtes la plus fière ?
C’est difficile. Je suis fière de mes projets lorsqu’ils viennent au monde, puis d’autres inspirations, idées et réflexions arrivent par la suite et j’en viens à vouloir tout changer. Je suis une éternelle insatisfaite de mon travail, c’est certain. Mais le dernier bébé du bureau est Oli et Ève Maison de Coiffure, donc je dirais celui-ci… pour l’instant !

crédit photo : stéphane groleau


Un projet dont vous n’êtes pas l’auteure, à votre grand dam ?
En ce moment, je dirais le restaurant Mazel Tov à Budapest. C’est l’exemple typique de ce que le design peut recréer dans un espace qui a manqué d’amour. Je suis une fan inconditionnelle des intérieurs chargés d’histoire que l’on transforme de manière dosée afin de faire ressortir toute la beauté architecturale d’un lieu et son vécu. La rencontre entre le moderne et l’ancien, afin de ranimer un lieu et de lui donner un second souffle, tout en véhiculant une émotion au travers d’une nouvelle expérience, est pour moi l’un des fondements de ma pratique. J’aurais définitivement adoré travailler avec un espace comme celui-ci !


Un projet que vous rêvez de réaliser ?
Parisienne d’origine, amoureuse des vieux bâtiments gorgés d’histoire et marquée par le début de ma pratique dans un bureau d’architecture qui réalisait des hôtels à travers le Canada, ça serait probablement un grand hôtel parisien !

comments powered by Disqus