Un bâtiment contemporain pour un parc de longue tradition

Alliant signature contemporaine et symbiose avec l’environnement naturel, la firme Anne Carrier architecture a conçu le pavillon de Parc Opeongo en plein cœur du Mont-Orford.

La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), qui est responsable de la gestion des parcs nationaux québécois, souhaitait donner une allure contemporaine aux nouveaux bâtiments construits dans le Parc du Mont-Orford, tout en respectant une harmonie avec le territoire naturel. C’est cette idée de doter le Parc du Mont-Orford d’une signature architecturale distincte qui a motivé l’équipe de Anne Carrier architecture.

Inspiré de l’environnement immédiat du pavillon, entre montagne, lacs et forêts, le bois a été choisi comme matériau omniprésent dans la conception de la structure, ainsi que des revêtements extérieurs ou intérieurs. 

« Lorsqu'on a la chance de concevoir un bâtiment en pleine nature, il faut se laisser inspirer et imprégner par tous les éléments qui la composent », affirme l’architecte Anne Carrier, responsable du projet. Son équipe a opté pour ce matériau naturel, tant comme élément structural que comme revêtement extérieur ou intérieur. 

Situé à proximité du petit lac Fraser, le Centre de service Opeongo dessert nageurs et amateurs d’activités aquatiques. Pour les concepteurs de Anne Carrier architecture, il était important que le bâtiment d’une superficie de 230 m2 respecte ces éléments naturels environnants. Il devait être configuré de manière organique, en osmose avec le site, sans obstruer la vue sur les activités voisines et les paysages.

Une mince toiture de bois relie les trois pavillons constituant le bâtiment entre eux. Le poste d’accueil du bâtiment est largement vitré et conçu tout en transparence, alors que le volume central est revêtu d’un parement de cèdre ajouré qui permet la ventilation naturelle des lieux et la pénétration de la lumière.  

Textures, essences et couleurs du bois permettent la métamorphose du bâtiment selon les heures du jour ou du soir alors que la lumière naturelle s’infiltre à l’intérieur. Ce pavillon de parc transporte loin des traditionnels chalets d’accueil en bois rond, sans pour autant limiter l'expérience immersive en nature.

Crédit photos : Stephane Groleau

 

 

comments powered by Disqus