Dans la tête de Paul Bernier

Quelques questions pour en savoir plus sur les créateurs en design et en architecture.

Nom : Paul Bernier
Poste : Architecte
Entreprise : Paul Bernier Architecte



ID/ Qu’est-ce qui caractérise votre travail, quelles sont vos spécialités ?

Nous faisons des maisons individuelles, parfois du commercial, et récemment nous avons fait une incursion que nous avons bien appréciée dans l’aménagement urbain. Nous portons un grand soin à penser comment les espaces seront vécus. La lumière naturelle guide souvent nos choix conceptuels. Nous apprécions le travail du détail et le choix des matières jusqu’à la conception d’objet.

ID/ Un élément signature qu’on risque de retrouver souvent au sein de vos projets ?

Chaque projet devrait avoir sa nature propre. Mais c’est vrai qu’il y a des éléments qui reviennent. Comme par exemple les planchers semi-transparents et les cloisons translucides. On cherche le plus possible à conserver une fluidité entre les espaces et à laisser passer la lumière naturelle.

ID/ Un objet design ou un aménagement que vous rêvez d’avoir à la maison ?

Une sculpture de Roland Poulin dans mon jardin.

étude #5 de l'artiste roland poulin. photo : michel dubreuil


ID/ Selon vous, dans quels domaines aurait-on besoin de laisser plus de place à l’architecture et au design ?

L’effort que l’on veut faire pour améliorer nos écoles est très justifié. Une grande partie des écoles qu’on a construites depuis 50 ans semblent bâties comme des prisons. Elles sont solides avec leur cloison en bloc de béton, mais sans intérêt. Peu lumineuses et inconfortables. Comme si on se limitait à traduire un programme en plan et à s’assurer que les murs résistent aux coups des enfants. On peut faire mieux que ça. Bien sûr, ça prend surtout des bons profs pour rendre l’expérience de l’école heureuse, mais l’environnement bâti peut y contribuer. Une école peut aussi accueillir d’autres activités et devenir le cœur d’une communauté.

ID/ Quelles idées fausses croyez-vous que les gens se font concernant certaines réalités inhérentes au monde de l’architecture et du design ?

La profusion d’images d’architecture et de design sur le web et les réseaux sociaux crée une impression de facilité dans la conception. Ces images peuvent avoir du bon pour nourrir la discussion sur l’architecture, mais on ne peut pas faire un bon projet simplement en faisant du copier-coller à partir de Pinterest. Les gens sous-estiment le travail requis pour concevoir un projet unique, cohérent et spécifique au lieu et aux personnes à qui il s’adresse.

ID/ Qu’est-ce qui vous réjouit présentement en architecture et en design au Québec ?

Plusieurs choses. Entre autres, les multiples initiatives d’aménagement urbain où on cherche à reverdir les villes, où on aménage des pistes cyclables, où on favorise le déplacement des piétons et les regroupements de gens dans des places publiques et des parcs.

ID/ Qu’est-ce qui vous désole présentement en architecture et en design au Québec ?

Le fait que l’on poursuit encore l’étalement urbain alors que l’on connait ses effets néfastes. Les forces qui poussent à ce type de développement ont encore beaucoup d’influence. On continue de construire des centres d’achat en périphérie alors que les centres-villes se vident. Il faut renverser ce mouvement.

ID/ Un architecte, designer d’intérieur ou designer industriel que vous admirez ?

Il y en a plusieurs, mais j’ai une affection particulière, et qui remonte à loin, pour l’architecte suisse Peter Zumthor.

 

comments powered by Disqus