Phyllis Lambert : 75 ans au travail prend l'affiche au CCA

Le Centre Canadien d’Architecture (CCA) présente Phyllis Lambert : 75 ans au travail, une rétrospective qui met en relief son implication en ce qui a trait aux problématiques de la ville et de l’environnement bâti. À l’affiche à compter du 18 janvier jusqu'au 4 juin 2017, cette exposition retrace l’évolution de ses idées et de son travail architectural, curatorial et éditorial, à partir de pièces tirées de la collection et des archives institutionnelles du CCA, ainsi que du Fonds Phyllis Lambert.

Phyllis Lambert

Phyllis Lambert, commissaire de l’exposition, met en lumière de façon chronologique, les grands chapitres et réalisations de son existence : ses débuts, l’édifice Seagram, ses études à l’École d’architecture et premiers pas dans le métier, le projet du Centre Saidye Bronfman, ses missions photographiques, ses projets de conservation et de restauration à Montréal, mais également ceux à l’étranger, qui ont tous mené à la création du CCA. Reconnue mondialement en tant qu’architecte, auteure, chercheuse, conférencière, commissaire, critique d’architecture, protectrice du patrimoine, citoyenne engagée, militante et fondatrice du CCA, Phyllis Lambert n’aura de cesse de revendiquer qu’il est important de « bâtir un édifice qui témoigne des meilleures aspirations de notre société ».

 

Mme Lambert a marqué l’histoire de l’architecture alors qu’elle était directeur de la planification du Seagram Building à New York (1954 à 1958). Très active dans l’avancement de l’architecture contemporaine et dans la conservation du patrimoine en tenant compte des enjeux sociaux, Phyllis Lambert a fondé Héritage Montréal en 1975. En 1979, elle a joué un rôle déterminant dans la création de la Société d’amélioration de Milton-Parc, le plus important projet de rénovation de coopératives d’habitation au Canada. En 1996, elle a créé le Fonds d’Investissement de Montréal (FIM), le seul fonds d’investissement privé du pays ayant participé à la revitalisation de quartiers à revenus faibles ou moyens. Pendant 23 ans, Mme Lambert a été membre du conseil d’administration de la Société du Vieux-Port, où elle a fait de la consultation publique un instrument de planification. À l’origine d’une table ronde en 2005, point de départ de la revitalisation de centre-ville Ouest de Montréal, Mme Lambert continue, fidèle à ses convictions, à façonner la ville en présidant l’Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM). 

Lors de la Biennale d’architecture de Venise en 2014, Phyllis Lambert s’est vu décerner le Lion d’or d’honneur couronnant l’œuvre d’une vie, récompensant son engagement tenace pour la mise en valeur du rôle de l’architecture dans la sphère publique, du Seagram au CCA. En 2016, la fondation Wolf d’Israël a remis à Mme Lambert le prix Wolf en art pour ses 60 ans de militantisme et d’innovation dans la conception architecturale et la préservation des bâtiments patrimoniaux, autant de décennies passées à redynamiser la profession d’architecte et la recherche en architecture, et à y insuffler le questionnement intellectuel et la critique politique. L’an dernier, elle a aussi reçu l’Arnold W. Brunner Memorial Prize 2016 de l’Académie américaine des arts et lettres de New York.

comments powered by Disqus