Une échelle qui porte plusieurs chapeaux

L’ébéniste Loïc Bard, a récemment réalisé une échelle utile et décorative pour la maison. Inspiré de son enfance dans un petit village français, l’artisan a modernisé cet objet traditionnel fréquemment utilisé au sein du foyer.

Initialement, l’objectif de Loïc était de revisiter le porte-manteau tel que nous le connaissons. Pour ce faire, il a créé une échelle à la forme simple et délicate. Cette structure de bois est versatile puisqu’un système d’accroche complémentaire permet d’y placer son manteau. Au fur et à mesure de l'évolution du projet, l’ébéniste réalisa que l’objet qu’il développait ne se limitait pas seulement à un porte-manteau, mais pouvait servir aussi d’étagère. De la même façon, des tablettes en bois peuvent servir de supports aux chapeaux, aux livres et à tout autre objet. Les accroches et les tablettes sont pratiques, car celles-ci peuvent être utilisées et placées à la guise de l’usager grâce à un ancrage facile. 

En plus de l’inspiration émanant de son enfance, le fabriquant a repris certains codes du mobilier chinois de l’époque Ming, tels que les plats et les arrondis. Afin de recréer ces formes organiques comme les courbes, l’objet est fabriqué en frêne qu’il décrit lui-même comme étant  « un bois facile à cintrer à la vapeur. » Loic Bard ajoute ensuite que  « c’est aussi un bois qui se teint très bien. » De ce fait, l’objet à la fois esthétique et utilitaire, et est réalisé dans deux teintes: naturel et noir.

Finalement, pour accentuer le coté minimaliste de son travail, la structure de bois a été photographié au Square Viger : le contraste jaillit du décalage entre les deux matériaux, d’une part le béton et sa sévérité urbaine et d’autre part le bois et sa chaleur élémentaire. Ainsi, par ces images, l’ébéniste rehausse la valeur de sa création en la photographiant hors contexte. Loïc Bard vend ses objets aux designers d’intérieur et aussi dans des galeries à Montréal, Toronto et New York.

comments powered by Disqus